samedi 24 janvier 2009

MINEKO IWASAKI - MA VIE DE GEISHA

MINEKO IWASAKI - MA VIE DE GEISHA

RESUME

Jugée digne, à l'âge de trois ans, de devenir l'héritière de la « maison de geishas » la plus prisée de Kyoto, Mineko Iwasaki décide de quitter ses parents pour les sauver de la misère. On lui apprend la danse, la musique, la calligraphie, la discipline. Mais elle découvre peu à peu, derrière les kimonos de soie et les réceptions prestigieuses - où magnats de l'industrie, monstres sacrés du cinéma et têtes couronnées se disputent sa compagnie dans les année 60 et 70. C'est d'ailleurs elle qui a conseillé l'auteur Arthur Golden pour son best seller, "Geisha". Relation qui a mal tournée puisqu'elle a poursuivit monsieur Golden pour avoir écrit son nom à la fin du livre dans les remerciments, alors qu'elle désirait rester anonyme.

Dans sa biographie, Ma vie de Geisha, elle nous offre le témoignage boulversant de son histoire hors du commun : "On a dit de moi que j’étais la plus grande geisha de ma génération. Certes, j’ai receuilli les plus beaux succès. Mon destin a été jalonné d’extraordinaires défis et de merveilleuses gratifications. Et pourtant les astreintes de ce qui est plus qu’une profession - un véritable sacerdoce - m’ont finalement poussée à l’abandonner... Il est temps de lever les voiles du mystère qui plane autour de la vie des geishas. Je veux briser un silence vieux de trois cents ans. Je vous invite à me suivre dans le monde des fleurs et des saules, le monde de Gion-Kobu".

MON AVIS

Une excellente autobiographie qui reflète la dureté de la vie des geishas, et ce plus que dans le livre d'Arthur Golden (Geisha).

J'ai apprécié de lire les 2 et de voir le film.
C'est une bonne vision d'une partie de la culture japonaise.


MA NOTE : 5/5

2 commentaires:

  1. J'ai préféré ce livre au roman d'Arthur Golden. C'est un témoignage donc c'est plus proche de la réalité.

    Un autre témoignage : "Mémoires d'une geisha" d'Inoue Yuki.
    Sur l'histoire des geisha : "Geisha" de Liza Dalby. (un livre peut-être moins grand public que les témoignages puisqu'il s'agit du regard d'une ethnologue).

    RépondreSupprimer
  2. @Naina:Désolée du retard de réponse.
    J'ai bien aimé aussi Arthur Golden pour le côté plus "magique" de l'histoire (enfin si on peut appeler cela comme cela).
    Merci pour l'info sur les autres titres que je ne connais pas.
    J'ai vu le film issu de ce roman et je l'ai trouvé très bien fait.

    RépondreSupprimer