jeudi 29 avril 2010

FREDERIQUE DEGHELT - LA GRAND MERE DE JADE

FREDERIQUE DEGHELT - LA GRAND MERE DE JADE
RESUME :
Une jeune femme moderne « kidnappe » sa grand-mère pour lui éviter la maison de retraite. Frédérique Deghelt livre un intimiste récit à deux voix. A travers le charme délicat de l’aveu, d’une écriture légère, elle procure à ses personnages la force et l’audace de réinventer leur vie.
Pour éviter à sa grand-mère – Mamoune au parfum de violette et de fleur d’oranger – un placement en maison de repos, Jade « l’enlève » et l’installe dans son appartement parisien.
L’octogénaire savoyarde et la jeune femme célibataire, journaliste indépendante, vont tisser avec douceur et simplicité une vie commune nourrie de leurs souvenirs. Mais, derrière les choses ténues du quotidien, c’est l’émouvante tragédie de la vie qui se déroule. Celle-ci se dévoile dans les récits croisés des deux femmes, l’une, écrivain en devenir, l’autre, lectrice passionnée qui a secrètement fait de ses montagnes savoyardes son cabinet de lecture. Se construit alors un échange littéraire au cours duquel elles se livrent et se découvrent. Jade, qui concevait sa vie sans ancrages ni repères, apprend de sa grand-mère que c’est dans la confiance et l’acceptation de l’autre, et seulement là, que l’on a des chances d’être soi. Grâce à Mamoune, touchante dans sa dignité chancelante, l’appartement de Jade devient le lieu de tous les possibles.
Habilement, de sa prose douce et bienveillante, Frédérique Deghelt nous raconte la libération d’une jeune femme perdue dans l’agitation de sa vie. Et livre le portrait étonnant et tendre d’une grand-mère en qui éclot un sentiment amoureux imprévisible.



MON AVIS :
Un magnifique roman empreint d'une grande douceur et de richesse de sentiments.
C'est un coup de coeur et voici pourquoi.
Jade est la jeune femme que tout le monde souhaite avoir sur ses vieux jours. Car quand elle sait que sa grand-mère  de 80 ans,va être mise en maison de retraite, elle vole la chercher dans ses montagnes, pour l'installer chez  elle, en ville.
Là, elle va prendre soin de sa Mamoune, lui aménager un espace de vie, de liberté.  Mamoune, va reprendre goût à la vie, aux sorties, et même se familiariser à Internet.
Jade va apprendre que Mamoune est une fine lettrée et qu'elle va l'aider à améliorer ses désirs d'écrivain.
Chacune rédécouvre le sentiment amoureux et la particularité est que malgré leur différence d'âge, elles auront les mêmes réactions, face à leurs prétendants.
C'est un roman d'apprentissage sur les différences entre les générations, le sens de l'Amour, du respect, de l'authencité des relations.
On en ressort émue, car la fin est une "chute", et l'on peut en tirer une leçon de philososphie  de vie.
La narration se fait à deux voix, Jade et Mamoune, alternant les chapitres et le style est discret, vivant, agréable.
Un superbe roman à ne pas rater.


Quelques extraits choisis :
"Pouquoi faut-il en venir à réclamer la permission d'exister à ses enfants ?"
"Il ne peut y avoir de décisions innocentes quand les enfants deviennent les parents de leurs parents"
"Ne pas mourir, vivre vieux, la belle affaire. Ce n'est pas le corps qui décide. 
C'est quand l'âme se refuse le plaisir de vouloir encore, malgré le poids de l'âge, que tout s'en va en lambeaux".




Merci àMarie de Chez Lectures Pêle Mêle de Marie pour le partage de ce livre voyageur.


MA NOTE :5/5
Coup de coeur 2010

4 commentaires:

  1. La fin est vraiment surprenante et permet de repenser à certains passages différemment. Tous les petits reproches que je faisais à ce livre sont tombés (ou presque) en lisant les cinq dernières pages.

    RépondreSupprimer
  2. Dis-donc Sophie, tu as pris de l'avance ;-)

    RépondreSupprimer
  3. @Saxaoul: tout à fait d'accord, la fin fait tout le roman.
    @Slo: c'est vrai, j'ai pris de l'avance mais il était trop tentant.

    RépondreSupprimer
  4. un de mes coups de coeur de 2009 !!!

    RépondreSupprimer