lundi 30 août 2010

JOHN HARWOOD - LA SEANCE

JOHN HARWOOD - LA SEANCE
RESUME :
Angleterre, fin de l'ère victorienne. Constance Langton reçoit la visite d'un avocat, John Montague. Celui-ci lui annonce qu'elle vient d'hériter d'un manoir de famille dans le Suffolk, Wraxford Hall, et lui conseille de vendre la propriété sans perdre une seconde. Wraxford Hall jouit en effet d'une sinistre réputation : ses précédents propriétaires y sont morts dans d'étranges circonstances et une jeune femme, Eleanor Unwin, y a mystérieusement disparu avec sa fille. Quels terribles secrets renferme Wraxford Hall ? Au fil du journal intime d'Eleanor et des recherches de Constance, deux femmes dont le désir d'indépendance dénote en pleine époque victorienne, se lèvent peu à peu les mystères qui entourent l'étrange demeure. Pièges machiavéliques et coups de théâtre en cascade, terreurs intimes, étranges obsessions et secrètes inconvenances, tout est réuni pour faire de cet hommage très moderne au roman gothique et victorien un chef-d'oeuvre du genre.


MON AVIS :
En préambule, je vous recommanderai de le lire la veille d'un jour où vous pourrez ne pas vous lever tôt. Car une fois entamé, vous ne le refermerez qu'une fois terminé.
Nous voici en plein 19ème siècle, au sein de la bonne société de Londres. Constance Langton qui vit chez son oncle, après avoir perdu sa famille; apprend qu'elle hérite d'un manoir Wraxford Hall.
Cependant, le dit manoir fut le théâtre de faits tragiques et non élucidés. La jeune femme, qui vient de découvrir le milieu spirite, est sollicité par la Société des Sciences pour aller y enquêter avec un groupe de scientifiques, sur ces faits passés.
Le ton est donné, les personnages se mettent en place et l'on s'immerge progressivement dans cette atmosphère désuète, avec des personnages de style victorien, les descriptions des moeurs de cette bonne société; et un suspens habilement distillé. Le suspens monte jusqu'à l'aboutissement final (d'où le titre du roman) où l'on est subjugué. Car c'est tellement prenant, que l'on se met à la place des héros et on frémit également (malgré que je n'y croyais pas et que j'ai eu du mal à me mettre dans l'histoire pendant les 200 premières pages).
En effet, tout le succès de ce roman réside dans l'atmosphère qui s'en dégage et le style utilisé par l'auteur. 
C'est donc un  très bon roman pour ceux qui aiment le style victorien, désuet et gothique.


Merci à Keisha pour l'avoir fait voyagé.


MA NOTE :5/5
COUP DE COEUR

3 commentaires:

  1. Ah j'ai répondu à ton mail avant de voir ton billet! Bon, on attend de voir si tu as convaincu les lectrices de se lancer dans l'aventure!Le livre peut voyager...

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma LAL depuis que j'ai vu pas mal d'avis positifs dessus mais pas encore lu. J'espère que ça ne tardera pas trop malgré ma vitesse d'escargot à lire en ce moment...

    RépondreSupprimer
  3. @Keisha: merci pour le partage.
    @Belledenuit: remonte le sur le dessus de ta PAL, il est prenant.

    RépondreSupprimer