mardi 12 octobre 2010

ANNE DELAFLOTTE-MEDHEVI - FUGUE

ANNE DELAFLOTTE-MEDHEVI - FUGUE
RESUME :
Madeleine s’enfuit de l’école le jour de la rentrée. Sa mère, folle d’angoisse, crie son nom le long de la rivière. L’enfant est saine et sauve, mais Clothilde y perd la voix. Sa voix du quotidien, sa voix de mère, de fille, d’amie et d’amante lui fait désormais défaut.
Clothilde consulte, se refuse aux traitements, se heurte à l’incom préhension de tous. Et, contre toute attente, prend des cours de chant. La voix chantée de Clothilde est belle, sublime même. Passionnée de musique depuis l’enfance, comment pourrait-elle se détourner de ce talent qui affleure  ?
Un portrait de femme d’une tonalité bouleversante.
MON AVIS :
Clothilde a perdu sa voix lorsque sa fille s'est enfuie de l'école. Heureusement, Madeleine est retrouvée mais Clothilde ne retrouvera jamais la parole.


Elle découvre un jour, qu'elle peut chanter même si elle est muette. Elle travaille alors ce don, et refuse de suivre les traitements pour reparler, malgré l'insistance de son entourage.
Clothilde s'affirme ainsi en tant que femme et non seulement en tant que mère et  épouse, et se valorise à travers le chant.
On a ici une palettes de sentiments différents, allant de l'homme, père, époux, à l'enfant, à la famille, aux voisins, qui ne comprennent pas cette volonté de ne pas reparler.
Et nous assistons également à la naissance d'une voix hors pair.
Le tout avec un écriture fine et musicale.
Un beau portrait de femme courageuse et volontaire dans son destin.


MA NOTE :4/5
« Ce livre a été chroniqué dans le cadre de la rentrée littéraire 2010 en partenariat avec Ulike. »

3 commentaires:

  1. Je vais le recevoir en livre-voyageur, j'ai hâte, j'avais beaucoup aimé "la relieuse du gué".

    RépondreSupprimer
  2. Être une femme et pas seulement une mère : voilà ce que Clothilde réussit à faire. J'ai beaucoup aimé ce livre.

    RépondreSupprimer
  3. @Aifelle : Tu vas adorer
    @Saxaoul: Merci, ta remarque m'a permit de corriger ma phrase qui était mal écrite.
    Pour moi, la conclusion de ce roman est tout à fait cela: être une femme et non seulement une mère et une épouse.

    RépondreSupprimer