dimanche 3 juin 2012

HELENE GESTERN - EUX SUR LA PHOTO

RESUME :

Une petite annonce dans un journal comme une bouteille à la mer. Hélène cherche la vérité sur sa mère, morte lorsqu’elle avait trois ans. Ses indices : deux noms et une photographie retrouvée dans des papiers de famille, qui montre une jeune femme heureuse et insouciante, entourée de deux hommes qu’Hélène ne connaît pas. Une réponse arrive : Stéphane, un scientifique vivant en Angleterre, a reconnu son père. Commence alors une longue correspondance, parsemée d’indices, d’abord ténus, puis plus troublants. Patiemment, Hélène et Stéphane remontent le temps, dépouillant leurs archives familiales, scrutant des photographies, cherchant dans leur mémoire. Peu à peu, les histoires se recoupent, se répondent, formant un récit différent de ce qu’on leur avait dit. Et leurs découvertes, inattendues, questionnent à leur tour le regard qu’ils portaient sur leur famille, leur enfance, leur propre vie. Avec Eux sur la photo, Hélène Gestern nous livre une magnifique réflexion sur le secret de famille et la mémoire particulière que fixe la photographie. Elle suggère que le dévoilement d’éléments inconnus, la résolution d’énigmes posées par le passé ne suffisent pas : ce qui compte, c’est la manière dont nous les comprenons et dont nous acceptons qu’ils modifient, ou pas, ce que nous sommes.
MON AVIS :
Eux sur la photo est un roman épistolaire, permettant à deux protagonistes, Hélène et Stéphane de développer une correspondance grâce à une photo.
Mais quelle photo ! De celle-ci et de leurs recherches, va découler tout un pan de leur histoire familiale.
Cette histoire familiale, mettant en exergue le poids des mentalités, des traditions, des coutumes, qui peut également broyer des destins personnels.
Ce qui nous permet, nous, lecteurs, de mieux comprendre l'évolution de tout ces thèmes entre le début des années 70 à nos jours.
Malgré cette découverte à la fois triste et tragique, en parallèle se met en place l'amour naissant entre Hélène et Stéphane,  et l'auteur met parfaitement en place ces deux fils entrecroisés.
Le tout, avec une écriture douce, fluide, en font un excellent premier roman. 
Citations :
Curieuse allégorie de ce présent que nous ressuscitons de ses ruines de papier, une photo après l'autre.
On ne leurre pas pendant trente-neuf ans une enfant sur la qualité de l'affection qu'on lui porte.
...Tout équilibre n'existe que dans l'hypothèse de sa rupture.
Le temps nous pousse, ensemble vers l'avant, sans plus de répit.
...L'autre n'est pas encore prête à rendre ma mère à l'amnésie du monde.
Nous regardons aujourd'hui leur trajectoire à l'aune de nos libertés conquises.
Une fois né, l'amour, quelle que soit la destinée qu'on lui réserve, est irrévocable.


MA NOTE :5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire