dimanche 3 juin 2012

VALERIE TONG CUONG - PROVIDENCE

RESUME :
Modeste secrétaire, élevant seule son fils, Marylou est très en retard pour une importante réunion de travail. Coincée dans les embouteillages et le métro, elle finit par piquer un sprint, son lourd dossier sous le bras. Elle tente le tout pour le tout. Parfois la vie tient à une poignée de minutes. Albert Foehn est lui plutôt en avance, il a rendez-vous chez un notaire pour régler sa succession. À soixante-dix-huit ans il ne lui reste que quelques mois à vivre. En une fraction de seconde la vérité sur son existence éclate. Producteur de cinéma influent, père d'un grand fils dont il ne se sent pas proche, Tom veut demander sa main à la capricieuse Libby. Il en est très amoureux. Un stupide accident de vélo va changer la donne. La brillante Prudence, " partner " dans un cabinet de conseil réputé, a dû mal à se faire une place au sommet. La couleur de sa peau entrave son ascension. Mais parfois la vie vous remet les cartes en main. Un chien, un macaron à la violette, un suicide raté, l'explosion d'un immeuble, vont modifier le destin de ces protagonistes et les réunir dans un hôpital. Telle la chute de dominos, la providence, bousculant leur vie, s'amuse à redistribuer le jeu. Croisant le destin de personnages en mal d'amour, à la manière d'un brillant Magnolia, Providence est un roman choral qui pointe les solitudes de notre époque, les lâchetés et les compromissions de la société.


MON AVIS :
Un roman chorale où le destin de trois personnages va s'entrecroiser, par les effets de la providence.
Il se compose de plusieurs nouvelles, chacune où l'on y découvre l'histoire de Clara, Albert, Victoire, Tom.
Leurs histoires vont se retrouver entrecroisées, par l'intermédiaire d'un évènement qui est l'explosion d'un immeuble.
Nous y découvrons alors, ces mêmes destinées mais avec un chemin différent et nous lecteurs, les suivons de l'extérieur, grâce à l'auteur qui distille des points de liaison entre les personnages, tout au long du récit.
Les thèmes traités recouvrent la solitude, la discrimination raciale et la maladie. Et l'on s'aperçoit que chacun peut adoucir la souffrance de l'autre.
C'est une belle découverte et j'aime particulièrement la couverture qui par les dominos, montre bien l'impact que chaque fait peur avoir au cours d'un destin.


INTERVIEW DE L'AUTEUR 


MA NOTE :3.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire