lundi 17 décembre 2012

VALERIE TORDJMAN-L'ENCHANTEMENT DES LUCIOLES

RESUME :
Vers 1850, pour rejoindre son époux à la manufacture hollandaise de Nagasaki, Alexandra van Polder brave les océans et les convenances. Avec elle, débute la saga océanique des Polder. Entre le Japon et l'Amérique, c'est le choc de l'Ancien et du Nouveau Monde, des histoires d'hommes qui domptent les mers et de femmes qui se jettent à l'eau par amour, une merveilleuse alchimie d'image et de magie qui se rejoignent par-delà le temps et les océans jusqu'à Sarah, son arrière-arrière-petite-fille. Et à travers ces êtres de chair et de passions : l'odeur du rivage, le bruissement de la soie, l'arrivée des immigrants sur l'île de Manhattan, la construction du Brooklyn Bridge et partout, d'un continent à l'autre, d'un siècle à l'autre, de l'eau, l'eau primordiale, miroitante, dangereuse.

MON AVIS :

Un roman qui se lit comme un album photo.
Les chapitres sont courts et découpés comme un ensemble de photos prises pour raconter un siècle de l’histoire hollandaise, à travers une génération de femmes d’une même famille.
On y suit la vie des Van Polder, dont la première femme part rejoindre son mari au Japon, y rapporte des photos et une fille. Leur vie et les avancées des Etats-Unis, des débuts de la photographie, des magiciens tels Houdini, nous sont racontés au fil des photos prises par Alexandra.
Le déracinement est abordé par la vie du père au Japon, de la mère en Hollande puis aux Etats-Unis, de la recherche de son identité par Sarah.
Recherche qui la poursuivra tout au long de sa vie, du fait de la perte de ses parents et de sa recherche de l’Amour.
Mais Sarah a reçu en héritage familial, l'art de la photographie et l'histoire se continuera jusqu'à son dénouement final à travers cet art.
C’est un roman ciselé, à l’atmosphère du papier glacé des photos et de leur enseignement.

Citation :
Qu'est ce que la photographie sinon des filets à papillons démaillés, qui laissent passer la lumière intermittente du réel.

MA NOTE : 3.5/5


L'avis de L'Atelier de Ramettes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire