dimanche 13 janvier 2013

CATHERINE LOCANDRO - L'ENFANT DE CALABRE

RESUME :Lorsqu'elle pousse la porte de l'agence de détectives privés Azur Enquêtes, Frédérique a en main une photographie, celle de son père Vittorio, ancien combattant d'Indochine, en compagnie d'une inconnue. A Nice, ville de son enfance, elle espère retrouver la trace de cette femme blonde au teint pâle et au sourire timide. Mais à trente-neuf ans, ce qu'elle souhaite bien plus encore, c'est découvrir enfin qui était ce légionnaire taiseux. Quitte à reconstruire son roman familial. Dans un labyrinthe de souvenirs - de Diên Bien Phu à Cittanova -, de voyages en rencontres, Frédérique convoque ses aïeuls et entrecroise trois générations marquées par la douleur et l'injustice. Entre revenants et fantômes, parviendra-t-elle à démêler sa propre histoire, enchevêtrée telles les rues de Gênes, jusqu'à son issue inattendue ?
MON AVIS :
Un roman sur la quête de l'identité. Frédérique, à la mort de sa mère tombe sur une photo, qui est le point de départ de sa recherche du passé de ses parents. 
L'histoire est narrée par trois voix, celle de Frédérique, celle de son père et de son vécu de légionnaire, et celle de l'échange entre Frédérique et sa grand-mère disparue.
La recherche l'emmène à Nice et à Gênes, sur les traces de son père. Ce qui va l'amener à de surprenantes et déroutantes découvertes.
L'auteur sait bien amener le tournant de l'histoire, et celui-ci est ténu, que l'on ne s'en aperçoit pas.
On se pose alors les mêmes questions que l'héroïne et si nous étions à sa place, comment réagirions-nous à cette découverte ? Comment construire son identité
Comment faire sa vie en ayant des secrets ? Faut-il les révéler ?

Citation :
"Ce n'est pas le sang qui fait une famille. Ce sont les rituels".

Je remercie LIFBY et Les Editions Héloïse d'Ormesson pour ce partenariat.

MA NOTE : 3.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire