mardi 25 juin 2013

JEAN TEULE - FLEUR DE TONNERRE

RESUME :
Au début du XIXe siècle, partout en Bretagne, couraient encore les légendes les plus extravagantes. Le soir, au creux des fermes, on évoquait avec frayeur les apparitions de l’Ankou, l’ouvrier de la mort, squelette drapé d’un linceul et portant une faux. Cette terrible image frappa avec une violence inouïe l’imaginaire de la petite Hélène Jégado. Blottie contre le granit glacé des menhirs, l’enfant se persuada qu’elle était l’incarnation de ce personnage d’épouvante. Après avoir empoisonné sa propre mère, elle sillonna la région, éliminant tous ceux qui accueillaient avec bonheur cette parfaite cuisinière. Elle tuait tout le monde, sans discrimination. Et elle était si bonne, si compatissante au chevet des mourants, que personne ne pouvait soupçonner un seul instant son monstrueux dessein. À laisser trop de traces, elle finit par se faire prendre. Quels secrets renfermaient cette tête qui, le 26 mars 1852, sur la place du Champs-de-mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?

MON AVIS :
Un sujet réel et difficile abordé par l'auteur sous forme d'un récit des faits.
L'ambiance bretonne est présente, mais le langage utilisé parfois grossier nuit à l'ensemble.
Car on pourrait lire cette histoire comme une suite de faits, relaté par un journaliste, mais le mélange des langages: breton du 19ième et vulgaire du 21ième ne font pas bon ménage.
En clair, je suis déçue par cette lecture alors que le thème m'intéressait et ai préféré les autres romans de Jean Teulé.
Il faut tout de même souligner la couverture, qui elle est bien choisie, car elle reprend bien la raison du destin de Fleur de Tonnerre.

L'interview de l'auteur 

Le gâteau d'Hélène Jegado

MA NOTE : 2/5

2 commentaires:

  1. Bonjour, après l'avoir commencé, je pense que je vais avoir du mal avec la langue utilisée. Je n'ai déjà pas forcément compris le début. C'est d'autant plus dommage que j'avais beaucoup apprécié Moi, François Villon et Le Montespan. Bon samedi.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de l'emprunter à la bibliothèque. J'espère que je ne serai pas déçue...

    RépondreSupprimer