dimanche 16 mars 2014

FABIENNE YVERT - Y EN A MARRE D'ETRE PAUVRE

RESUME :
« Quand j'ai envie de dire quelque chose, en avant ! Je choisis mon matériel comme on choisit une arme pour se battre. Et pour se battre avec le réel, travailler une technique pauvre me semble adéquat. Les petits livres tamponnés viennent de là. Quand on compose un texte manuellement, plus y a de mots, plus y a de boulot, alors je simplifie directement en composant : mon style doit tout à ma paresse ! » 

Écrit (et composé) les deux pieds dans le quotidien, entre difficultés matérielles (comment créer quand on peine à survivre ?) et grosse colère (le dénuement est-il le prix de la liberté ? la vie est-elle un combat perdu d'avance ?). Sec comme un coup de trique et dénué de la moindre particule d'auto-apitoiement,Y'en a marre d'être pauvre est un texte coup de poing et universel, une tranche de vie - servie saignante.


L'auteur :Fabienne Yvert, auteure, typographe, bricoleuse et même poète, est l'auteur de Télescopages (Attila, 2010), Papa part maman ment mémé meurt (Attila, 2011) et L'endiguement des renseignements (Attila, février 2012). C'est à Marseille, dans un cabanon perché sur une falaise, qu'elle écrit, imprime, tamponne, dessine, boulonne, etc., face à la mer. En prise avec le monde, mais sur courant alternatif.


L'éditeur: LA VILLE BRULE 
Depuis 2009, Depuis 2009, les éditions La ville brûle publient des ouvrages de sciences sociales et de sciences, ainsi que de petits ouvrages de poésie et de littérature.

MON AVIS :
Une découverte de ce petit recueil par la taille et le contenu, grâce au partenariat Libfly
C'est un petit recueil de 38 pages, conçu comme un carnet de notes, où est imprimé sur chaque page une pensée différente.
La couverture se déplie et compose une affiche reprenant une des pensées contenues dans le carnet/livre.
C'est un concept original qui se lit vite et qui reprend des thèmes actuels et traités de façon humoristique.
C'est un livre objet que l'on peut utiliser pour ajouter ses propres pensées (de la place est laissée pour écrire) et qui ainsi continue son chemin.
Une expérience de lecture originale.

Citations: 
"J'habite dans un endroit extraordinaire, la taxe foncière le dit bien.
J'ai des amis qui peuvent me faire crédit, sur le passé, le présent et l'avenir.
L'économique a pris une place prépondérante dans ma vie: la survie.
Le coeur met plus de temps à digérer que l'estomac."

MA NOTE:4/5

1 commentaire:

  1. Toi aussi ça te donne envie de gribouiller dans les espaces blancs (j'oserais jamais) ? J'ai eu un autre titre et j'ai été agréablement surprise. a+

    RépondreSupprimer