jeudi 4 décembre 2014

JENNIFER CLEMENT - PRIERES POUR CELLES QUI FURENT VOLEES


RESUME:
Ladydi, quatorze ans, est née dans un monde où il ne fait pas bon être une fille.
Dans les montagnes du Guerrero au Mexique, les femmes doivent apprendre à se débrouiller seules, car les hommes ont les uns après les autres quitté cette région pour une vie meilleure. Les barons de la drogue y règnent sans partage. 
Les mères déguisent leurs filles en garçons ou les enlaidissent pour leur éviter de tomber dans les griffes des cartels qui les « volent ». 
Et lorsque les 4X4 patrouillent dans les villages, Ladydi et ses amies se cachent dans des trous creusés dans les arrière-cours, pareilles à des animaux qui détalent pour se mettre en sécurité. Alors que la mère de Ladydi attend en vain le retour de son mari, la jeune fille et ses amies rêvent à un avenir plein de promesses, qui ne serait pas uniquement affaire de survie. 
Portrait saisissant de femmes sur fond de guerre perdue d?avance, Prières pour celles qui furent volées, écrit dans une langue brûlante et charnelle, est une histoire inoubliable d?amitié, de famille et de courage

L'auteur et son interview :
Jennifer Clement est née dans le Connecticut mais ses parents ont déménagé à Mexico alors qu'elle n'avait qu'un an.
Prières pour celles qui furent volées, premier roman est en cours de traduction dans de nombreux pays.

Jennifer Clément vit à Mexico city.

MON AVIS:
Ce roman est bouleversant de par son titre,et cette triste réalité mais très intéressant par le thème traité.
L’auteur a eu raison d’utiliser le roman pour la liberté et la souplesse que cette forme narrative procure pour raconter ces histoires difficiles.
On y découvre un fait de la société mexicaine, méconnu pour moi, les enlèvements de jeunes filles par les narco-trafiquants.
Ce sont des faits horribles, où les mères abandonnées avec leurs enfants, par les hommes partis chercher du travail ailleurs, doivent élever seules leurs enfants, cacher leurs filles, jusque dans des trous pour leur éviter les enlèvements.
C’est un triste destin qui s’annonce pour la plupart d’entre elles et la difficulté est d’y échapper.
Le style est vivant, vif, faisant passer les émotions, permettant de vivre leur quotidien qui malgré les difficultés est toujours teinté d’espoir, de solidarité, d’entraide.
Le message donné est fort et après recherches, l’auteur a utilisé la matière d’interviews pour écrire ce roman, ce qui le renforce.

Une excellente découverte pour moi et un témoignage important à partager pour que cesse ces exactions.

MA NOTE : 5/5
Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire