lundi 25 juillet 2016

ALICE FERNEY - L'ELEGANCE DES VEUVES

RESUME :
" Le spectacle se donne sans fin. Car l'instinct fait germer la chair, le désir la pousse, la harcèle quand elle s'y refuse, jusqu'à tant qu'elle cède, s'affale, se colle à une autre, et que s'assure la pérennité des lignées amoureuses. " 
Cela se produit de multiples fois, sans relâche, cela s'enchaîne avec beaucoup de naturel et de grâce.

Un cycle sans fin pousse les femmes à se marier, à enfanter, puis à mourir.
Ainsi va le temps, secoué par le rythme des naissances et des morts, quand le besoin de transmettre l'emporte sur le désespoir de la perte d'un être cher.
Un long fil de désir passe au travers des générations.
Ce court roman d'une douce gravité est un hymne à la vie et au pouvoir fécondant de la femme.


MON AVIS:
Un roman ciselé, une écriture fine, un récit court.
Cette histoire met en exergue la maternité des femmes, la condition sociale de cette fin 19 ième, où la femme doit se marier pour enfanter constamment, sans réserve et sans souci de sa santé.
Dans ces familles de la haute bourgeoisie, où l'on est instruit, cultivé et à même des idées progressistes, on s'aperçoit que rien ne change dans la condition féminine, élevée et vivant dans ce ballet incessant de mariages, enfantement, veuvages, perte d'enfants. Ces femmes apprennent dans la joie et la douleur, la poursuite malgré tout de leur destinée, et ne peuvent y échapper.
C'est une lecture intéressante sur la condition féminine et les codes de la société.

MA NOTE:4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire