samedi 24 janvier 2009

HARPER LEE - NE TIREZ PAS SUR L'OISEAU MOQUEUR

HARPER LEE - NE TIREZ PAS SUR L'OISEAU MOQUEUR

PRIX PULITZER 1961

RESUME
Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays.C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise - les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique.

MON AVIS
Au début, je n'étais pas enthousiaste à lire ce roman, car ni la couverture, ni le titre, ni le résumé ne m'inspirait.Les 100 premières pages m'ont ennuyée,c'est le temps de comprendre le rôle et la mise en place de la situation et des personnages.Ensuite, j'ai été prise dans la fluidité et le suspens de l'histoire.Il nous décrit avec douceur et subtilité les difficultés pour un homme de couleur, de se faire défendre contre les "blancs".Le tout sous l'oeil de la fille de son avocat, un homme intègre et respectueux de l'être humain.On y découvre les mentalités des familles de notables, et le carcan dans lequel elles sont engluées.Au final, je ne dirais qu'une chose : Dommage que ce soit le seul roman d'Harper Lee.

MA NOTE : 5/5

Le billet de Doriane :http://legrenierdedoriane.blogspot.com/search/label/Lee%20Harper

3 commentaires:

  1. coup de coeur pour moi aussi: je l'ai deja lu 2 fois.................
    une atmosphere speciale...
    domy.

    RépondreSupprimer
  2. @Meria et Domy: une atmosphére qui réflète bien l'amérique de cette époque...

    RépondreSupprimer