jeudi 4 juillet 2019

DOMINIQUE DE SAINT PERN - EDMONDE


RESUME :
De Rome à Marseille, d’une alcôve l’autre, d’un palais l’autre, voici la fille de l’ambassadeur François Charles-Roux prête pour se marier, comme d’innombrables jeunes filles de son âge. 

Mais rien ne se passe comme prévu.
Arrachée à l’amour de son fiancé Camillo Caetani, dont le mariage ferait d’elle une duchesse et une princesse, mais qui sera tué sur le front albanais.

Arrachée à la France de Vichy par l’intelligence d’un père qui sut déjouer les pièges de la collaboration, arrachée à la douceur du lien avec sa soeur, la belle Cyprienne, princesse del Drago, par l’Italie des Chemises noires, et le terrible secret qui unit celle-ci à Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini.
On skie en cachemire à Megève, mais on renseigne la Résistance.

On joue du piano avec Samson François, mais on planque les réfugiés dans le jardin. On roucoule avec les Vilmorin, mais on compte les morts dans le Who’s Who macabre de la guerre.
Sous les bombes, dans les officines du pouvoir, dans les infirmeries militaires, Edmonde le soldat de la 5e DB n’a pas froid aux yeux.
En 1945, elle ne sera ni fiancée, ni duchesse, ni du beau monde, mais de tous les mondes à la fois. 
Ce roman-fresque raconte superbement la métamorphose d’Edmonde en femme libre.

MON AVIS :
Une fresque passionnante, une biographie d'Edmonde Charles-Roux, sous forme de roman, une vie incroyable mais vraie!
C'est passionnant, car Edmonde, aristocrate française, voit son destin bouleversé par la deuxième guerre mondiale.
Cependant, elle a un caractère combatif, qui va lui permettre de forger son expérience humaine, relationnelle, politique, en tant qu'infirmière de l'hôpital de jour, de la Croix-Rouge, résistante, amoureuse, aidant sa famille et amis.
Elle est d'un courage sans faille, face à l'adversité, aide les plus démunis, soutient les blessés, les soigne, elle ne compte pas ses heures de travail, multiplie les actions, pour aider et sauver.
C'est une héroïne de la guerre, décorée, femme de lettres, rédactrice en chef de Vogue, présidente de l'Académie Gongourt.
C'est une grande dame, une grande destinée, et surtout un coeur en or.
La couverture est une photo d'Edmonde jeune, où l'on voit encore l'insouciance de la jeune femme.
A lire, sur la plage, dans son jardin, son canapé, où vous voulez, car l'histoire vous prend et ne vous lâche plus !


MA NOTE : 5/5

dimanche 16 juin 2019

CHRISTIAN DEBRY - J 'INCISE

RESUME :
Que se passe-t-il dans la tête d’un chirurgien ? 
À quoi pense t- il en entrant au bloc opératoire, ce lieu secret où se déroule chaque jour une bataille à l’issue toujours incertaine ? 
Comment gère-t-il le doute, la fatigue, la pression, mais aussi le sentiment de toute-puissance que lui procure l’adrénaline ?
Qu’est-ce qui le fait tenir pendant toutes ces heures décisives, seul sous le masque, le bistouri à la main ?
Avec ce livre où se croisent réalité crue et fiction, jamais un chirurgien n’avait été aussi loin dans la sincérité et l’introspection.

MON AVIS : 
Un témoignage intéressant d'un chirurgien, qui nous permet, lecteurs, de vivre ses pensées et son quotidien, de médecin, de spécialiste qui opère pour sauver des vies.
C'est un récit à la fois intimiste, sans voile, et enrichissant car on appréhende mieux ce métier.L'écriture est fluide, vive, brut de vie, et nous montre un quotidien, rempli d'urgences, de recherches pour l'amélioration, mais aussi un être humain, avec ses sentiments, ses pensées, ses émotions.Une belle découverte sur le milieu médical.

MA NOTE : 3.5/5


50 chroniques de livre

samedi 1 juin 2019

BARBARA LIPSKA - LA NEUROBIOLOGISTE QUI A PERDU LA TETE

RESUME : 
Récit de ma folie et de ma guérison
En juin 2015, Barbara Lipska, spécialiste en neurosciences et en maladie mentale découvre qu’elle a une tumeur au cerveau maligne. 

En quelques mois, son cortex frontal est atteint. 
Elle plonge alors dans une sorte de folie, manifestant des signes de démence et de schizophrénie avancés qui terrifient sa famille et ses amis. 
Elle sent progressivement sa conscience l’abandonner. 
Miraculeusement son traitement en immunothérapie se révèle particulièrement efficace et sa vie finit par redevenir normale. 
À une différence près, elle se souvient parfaitement de son voyage au cœur de la folie.
Vécue par une grande scientifique, cette expérience offre une vision unique du fonctionnement de notre esprit et de son étonnante résilience.
Comment les maladies mentales, les accidents, la vieillesse altèrent notre personnalité, notre mémoire, notre perception du monde, de notre entourage et bien sûr de nous-même. Que reste-t-il de notre conscience quand la nuit nous envahit progressivement.
Un récit d’une émotion et d’une précision rares qui nous permettra aussi de mieux comprendre ceux qui souffrent autour de nous.


MON AVIS: 
Une histoire intéressante et émouvante. Comment une néurobiologiste a pu vivre de l'intérieur une déficience mentale dûe à une grave maladie.
Comment quand on est acteur malgré soi de la shzisophrénie, on ne se rend pas compte, les proches ont du mal à voir un changement de comportement, pouvant s'expliquer par la fatigue, le stress, les médicaments, mais qui en fait sont des signes de maladie mentale.
C'est émouvant, car l'auteur a vécu un calvaire, et c'est grâce à la force de son corps, des médecins, de sa famille, de sa force mentale, qu'elle s'en est sortie, et a décidé de partager son incursion dans la plus difficile des maladies à déceler:la maladie mentale.

MA NOTE : 4/5
50 chroniques de livre

dimanche 26 mai 2019

MIREILLE CALMEL - LA PRISONNIERE DU DIABLE

RESUME :
Mai 1494, en Égypte. Une roue de pierre tourne, gardée par un ordre secret. 
Lorsqu'elle s'arrête, le nom de celui qui doit mourir apparaît sur la tranche. 
Celui dont le diable s'est emparé et qui sera exécuté par l'Ordre. La volonté de Dieu... 
Juin 1494, à Utelle, sur les hauteurs de Nice. 

Hersande règne sur le sanctuaire de Notre-Dame. 
Elle reçoit enfin le billet délivré par la roue. 
Mais lorsqu'elle lit le message, elle vacille. 
Jamais ce nom n'aurait dû apparaître... 
Un thriller médiéval vertigineux... ... dans les flammes de l'enfer.


MON AVIS:
Une histoire médiévale et magique, comme sait si bien les raconter Mireille Calmel.
Suivre le destin de Myriam, mère, veuve, enceinte, courageuse, dont le destin est semé d'embûches, de rencontres, de croyances, de secrets, est passionnant.
On est happé par l'histoire, ses intrigues religieuses, familiales, sociétale.
Les personnages principaux, Hersande, le baron Raphaël, Maître Jacques et ses filles, Benoît, Luquine, le prieur, Adélys, sont des figures à personnalité différente et variée, et font le contexte de l'histoire, tout à la fois hostile, dangereux, apaisant et protecteur.
Comment Myriam, va-t-elle affronter les difficultés pesant sur ses épaules, ainsi ique la malédiction de la roue, quels secrets va-t-on découvrir?
C'est une histoire de courage, détermination, amour, qui fait tout le charme de cette lecture, qui se lit facilement, et change les idées.

MA NOTE : 4/5

Interview de l'auteur 
50 chroniques de livre

samedi 25 mai 2019

JOSEPH PONTHUS - A LA LIGNE


Prix RTL-LIRE et Régine DEFORGES 2019
RESUME :
À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus.
C'est l'histoire d'un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps.
Ce qui le sauve, c'est qu'il a eu une autre vie.
Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d'Apollinaire et les chansons de Trenet. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène.
Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l'odeur de la mer. 
Par la magie d'une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.

MON AVIS :
Une histoire passionnante et qui scotche le lecteur ! 
"A la ligne" nous raconte l'histoire de Joseph, étudiant en Lettres, éducateur spécialisé, habitant de la Bretagne par amour et devenant intérimaire dans des usines alimentaires.
C'est passionnant car on y découvre le travail ouvrier actuel, dur, ingrat, mais aussi l'amitié, la solidarité, la force que l'on va chercher au fond de soi pour tenir, les horaires, les missions sur le "pané", le "tofu", les "carcasses".
Le tout consigné au plus près de ses fins de journée de travail, en vers libres, qui facilitent la lecture, la rende vivante, émouvante,vibrante, et faisant ressentir les émotions.
Comme l'auteur le dit, cette expérience, et le travail que cela a entraîné sur lui-même,  lui a permis de substituer son angoisse par le travail, l'écriture.

C'est une autobiographie moderne et actuelle du travail ouvrier, une très belle découverte et un auteur à suivre.

Citation: 
"L'épreuve de l'usine, s'est peut-être substituée à celle de l'angoisse".

Interview de l'auteur sur "A la ligne"

dimanche 19 mai 2019

ERIC-EMMANUEL SCHMITT- MADAME PYLINSKA ET LE SECRET DE CHOPIN

RESUME :
En suivant les cours de la tyrannique Madame Pylinska, le jeune Eric Emmanuel cherche à comprendre le mystère de la musique de Chopin.
La Polonaise a de surprenantes façons d’expliquer le génie du musicien et la leçon de piano devient peu à peu apprentissage de la vie et de l’amour. 
Dans le cadre de "Le cycle de l’invisible", un conte initiatique plein d’émotion, d’intelligence et d'humour.


MON AVIS :
Roman faisant partie de la série "Le cycle de l'invisible", on y suit l'histoire de l'auteur dans ses jeunes années, étudiants, et prenant des cours de piano avec une professeure singulière: Mme Pylinska. 
Laquelle lui apprend à savourer les petits bonheurs de la vie, d'être à l'écoute de la nature, de son corps et des ses émotions, ce qui lui permettra de bien jouer au piano.
C'est une ode à la vie, à la nature, et à l'appréciation de soi.

MA NOTE : 5/5

dimanche 12 mai 2019

AGNES MARTIN-LUGAND - A LA LUMIERE DU PETIT MATIN

RESUME :
À l'approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié.
Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l'âme qu'elle refuse d'affronter.
Jusqu'au jour où le destin la fait trébucher... 
Mais ce coup du sort n'est-il pas l'occasion de raviver la flamme intérieure qu'elle avait laissée s'éteindre ?

MON AVIS : 
Un portrait de femme sur le sens de sa vie, ses priorités, l'engagement personnel, l'amour, la recherche de conjoint/compagnon.
On suit Hortense, femme fatale,danseuse émérite, qui suite à un accident, va voir sa vie basculée de citadine, maîtresse d'un homme marié, à provinciale, non accrochée aux diktats de la mode.
Elle va se ressourcer dans sa maison familiale et se recentrer sur elle-même, ses besoins, ses espoirs, vivre pour elle-même et non pour et par rapport aux autres.
C'est un personnage intéressant, qui nous permet de ressentir ses tourments intérieurs, son évolution, son apaisement et son retour au bien-être.
Une histoire intéressante sur la dépendance affective, au point de s'oublier soi-même.

MA NOTE: 4/5

Citations: 
"Je réalisais à présent que je m'étais un peu perdue ces derniers temps.Je ne donnais pas raison à Aymeric, qui disait ne pas me reconnaître. Je comprenais que le mal devait être plus profond. Comme si je me mentais à moi-même depuis trop longtemps.
Et depuis mon entorse, je m'étais dépouillée de toutes mes couches superposées les unes sur les autres, de tous mes costumes. 
Rien ni personne ne m'empêcherait de m'écouter maintenant.
Je n'étais plus habitée par la peur, la peur de perdre, la peur de ne pas être aimée.
Ces dernières semaines, j'avais déconstruit ma vie.
Aujourd'hui, j'allais construire. Construire mon avenir. J'allais vivre pour moi."

dimanche 5 mai 2019

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - FELIX ET LA SOURCE INVISIBLE

RESUME :
Félix, 12 ans, est désespéré. 
Sa mère, la merveilleuse Fatou, qui tient à Belleville un petit bistrot chaleureux et coloré, est tombée dans une dépression sans remède. 
Elle qui incarnait le bonheur n'est plus qu'une ombre. Où est passée son âme vagabonde ? Se cache-t-elle en Afrique, près de son village natal ? 
Pour la sauver, Félix entreprend un voyage qui le conduira aux sources invisibles du monde.
Dans l'esprit de Oscar et la dame rose et de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Eric-Emmanuel Schmitt interroge les mystères de l'animisme, la puissance des croyances et des rites issus d'une pensée spirituelle profondément poétique. 
Il offre aussi le chant d'amour d'un garçon pour sa mère.

L'auteur poursuit le Cycle de l'Invisible avec ce nouveau roman:
  • 1997 : Milarepa
  • 2001 : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran
  • 2002 : Oscar et la Dame rose
  • 2004 : L'Enfant de Noé
  • 2009 : Le Sumo qui ne pouvait pas grossir
  • 2012 : Les Dix Enfants que madame Ming n'a jamais eus
  • 2018 : Madame Pylinska et le secret de Chopin
  • 2019 : Félix et la source invisible

MON AVIS 
Un conte initiatique, doux et enchanteur, bien écrit et facile à lire.
On y suit Félix et sa maman Fatou, déracinée de ses origines à Paris.
L'éloignement de ses racines l'emporte dans la dépression, et c'est suite à un retour aux sources, au rattachement à son passé et au pardon de ses blessures, qu'elle retrouvera goût à la vie.
C'est poétique, plein de sagesse et fait réfléchir sur nos sociétés actuelles, éloignées de la nature et des racines.

MA NOTE : 4/5

Citations: 
"Le monde se donne à qui le contemple. Dans l'instant que tu vis, il y a des siècles, des millénaires dissimulés.
L'apparence n'est pas l'apparence de rien, plutôt l'apparence d'un univers dérobé.
Pour obtenir de l'énergie, passe par ton totem. Les plantes, les animaux, les humains se répartissent l'énergie vitale.
Regarde au-delà du visible. Regarde l'invisible. 
Cherche l'esprit qui fait tout apparaître derrière l'apparition. Et nourris-toi de de la force du monde qui le sous-tend. 
La source invisible demeure partout, toujours, où que tu te trouves, et tu peux la capter.Celui qui regarde bien finit par voir. 
Le poisson pleure aussi mais on ne perçoit pas ses larmes."

samedi 4 mai 2019

EMMA - UN AUTRE REGARD

RESUME : 
Il y a toujours un moment dans les discussions entre femmes où l'on s'en remet aux dessins d'Emma, sur le ton de : "C'est exactement ce qui m'est arrivé." 
Après son formidable succès en librairie Un autre regard, cette bédéaste amateur revient sur le devant de la scène médiatique avec une BD, publiée sur internet, intitulée "La charge mentale". 

Elle y décortique ce qui pèse sur les femmes, contraintes d'organiser les tâches ménagères et leur éventuel partage. 
Sur Facebook, son histoire a été "likée" 76.000 fois, partagée 215.000 fois et commentée par 21.000 internautes. 
Des chiffres colossaux. Un article sur l'express.fr a été lu 1million 800000 fois le record depuis la création du site. 
"J'ai été un peu dépassée par le succès de cette BD, je ne m'y attendais pas. J'ai eu du mal à répondre à tout le monde, alors que d'habitude, j'essaye de le faire, nous explique Emma. 

Je suis ravie que le sujet soit sorti du seul cercle féministe et que ça ait touché des femmes pas du tout engagées. 
Cela me donne de l'espoir pour la suite." 
Depuis plus d'un an, cette dessinatrice du dimanche livre ses réflexions sur des sujets sociaux et féministes à travers ces images naïves, postées sur son blog "Emma Clit" et sur Facebook, où elle a plus de 218.000 abonnés. 

Elle en a tiré la BD Un autre regard, parue au mois de mai aux Editions Massot. 
Dans ce nouvel album, suite du premier, on y trouvera des séquences féministes inédites qui évoquent les BD de la suédoise Liv Strömquist, sur la violence conjugale entre autres. 
Le point commun de ces situations, c'est qu'elle ne sont pas dues à la malchance, mais à une société qui maltraite certaines catégories de population." 


MON AVIS: 
Mon avis porte sur les tomes 1 et 2 de "Un autre regard"
Une BD intéressante où l'auteur porte un regard différent sur les tranches de vie du quotidien, une vision incisive et à contre-courant, pour stimuler la réflexion, les questions, le changement de regard.
C'est bien fait, drôle, avec des jolis dessins.
Une lecture agréable et qui fait réfléchir.

MA NOTE : 4/5

vendredi 3 mai 2019

LISA MANDEL - HP 1- L'ASILE D'ALIENES

RESUME : 
Voilà plusieurs années que Lisa Mandel et L’Association ont ce grand projet en gestation. 
Voici enfin le premier volume d’une série qui en comportera trois : HP est une grande fresque ayant pour sujet le milieu de la psychiatrie en France depuis les années soixante à aujourd’hui. 
Lisa Mandel raconte cette évolution historique par le petit bout de la lorgnette, ayant interrogé sur leur parcours des parents et des amis qui travaillent depuis plusieurs décennies dans le secteur psychiatrique.
Cet aspect anecdotique et le dessin léger et humoristique de Lisa Mandel auraient pu, en apparence, rendre abordable et supportable l’évocation d’un sujet aussi difficile. 
Mais seulement en apparence : la véracité des faits est parfois si atroce ou si absurde que ce livre ne laissera personne indifférent. 
On en apprendra long sur les humiliations, les jeux douteux des infirmiers vis-à-vis des malades, les abus... et la grande misère des internés.
Ce premier volume traite des années soixante, le deuxième abordera les années soixante-dix, et le troisième la situation actuelle.
HP est un futur grand moment de L’Association.

MON AVIS :
Un récit sur l'hôpital psychiatrique dans les années 60 qui fait mal pour les malades et les soignants.
Tout cela a lieu avant l'arrivée des neuroleptiques qui ont aidé beaucoup de malades.
C'est une vision caricaturale mais triste de ces conditions de soins et de travail, où le malade n'est pas soigné dans sa globalité, où le soignant est "roi" et certains font mal les soins.
Tout ceci est douloureux et triste et heureusement que les soins en psychiatrie ont évolués, en prenant le malade en charge dans sa globalité et non dans l'unicité de sa maladie.


MA NOTE : 4/5