lundi 26 novembre 2018

MARIANNE POWER - HELP ME !

RESUME :
Journaliste de 36 ans, l'auteure décide de reprendre sa vie en main et d'appliquer à la lettre, pendant une année, les conseils de développement personnel qui fleurissent sur les rayonnages des libraires, sans se soucier du regard parfois moqueur de ses proches. 
Elle tire le bilan de son expérience et interroge cette quête obsessionnelle du bonheur.


INTERVIEW CROISEE :
Avec plusieurs blogueuses, nous avons effectué une interview croisée de l'auteur, pour en savoir plus, sur son expérience et son idée d'écrire ce livre :


Mes questions (Sophie): 
Quelle a été votre action la plus difficile à effectuer ?
Faire un stand-up comique et marcher vers un homme dans un café. Les deux étaient terrifiants.

Est ce que cela vous a vraiment aidé à sortir de la dépression ?
C’est en lisant Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle que j’ai compris pour la première fois que mes pensées autocritiques n’étaient pas réelles, elles ne me disaient pas la vérité. Ils étaient comme des disques que je jouais constamment. La lecture de ce livre m’a permis de rompre temporairement avec ces pensées et m’a empêché de plonger plus profondément dans la dépression dans laquelle je commençais à sombrer. Cependant, je ne peux pas dire que le développement personnel m’a guéri de la dépression. Pas du tout. J’ai eu une grosse période de dépression en écrivant le livre et j’accepte d’être une personne qui monte et descend. Cependant, je le comprends mieux que jadis et je peux maintenant le voir plus clairement lorsque cela se produit.

Pensez-vous que les psychologues devraient encourager leurs patients à faire ce type d’actions comme indiqué dans les livres que vous avez lus ?
Certains des exercices ont été très utiles – affronter mes peurs le premier mois était super, et consulter mes relevés bancaires était très nécessaire ! Aussi, l’amour-propre dont parle Louise Hay, qui consiste à se regarder tous les jours dans le miroir et à se dire : « Je m’aime et je m’approuve moi-même » peut paraître ridicule, mais je pense que c’est important. Faire les choses avec l’aide d’un psychologue est mieux que de le faire soi-même.

Comment résumerez-vous votre livre en 5 mots ?
Drôle, honnête, réel, chaleureux, serviable.
********************

Marie-Clémence
Pensez-vous que le développement personnel est une tendance éphémère ou réellement un nouveau mode de réflexion qui va perdurer ?
Bonne question !! Je pense que cela va continuer, mais que cela va au-delà des livres, mais aussi des cours en ligne, des communautés et des réunions dans la vie réelle. Au Royaume-Uni, il existe une organisation appelée Shelf Help, qui organise des clubs de lecture dans le monde réel, où les gens se rencontrent une fois par mois pour discuter d’un livre de développement personnel et de ses liens avec leur vie. Je pense que ce dont nous avons le plus besoin maintenant, c’est d’être ensemble, d’être honnêtes les uns avec les autres et de s’entraider.

 Auriez-vous envie de réitérer l’expérience avec un nouveau challenge d’un an autour d’autres livres de développement personnel ?
Oui, je voudrais faire une autre année d’amour et une autre année d’argent.

Le business du développement personnel vise-t-il principalement les femmes ? Si oui, pourquoi selon vous ?
Une autre très bonne question. Je ne sais pas. Il existe de nombreux auteurs tels que Tony Robbins, Tim Ferriss, Mark Manson et Neil Strauss qui écrivent sur la façon de mieux vivre votre vie d’une manière qui semble s’adresser principalement aux hommes. 
Ils intègrent la forme physique, la productivité, les relations et un peu de spiritualité. 
Cependant, certains croient que beaucoup de livres de développement personnel sont destinés aux femmes et que si vous allez lire des lectures d’auteurs de développement personnel, c’est surtout les femmes présentes dans la salle.
Les femmes sont peut-être plus disposées à vouloir s’améliorer et aussi trop prompt à penser qu’elles ne sont pas assez bonnes et qu’elles doivent en faire plus. 
Certains soutiennent que le développement personnel ne fait qu’accroître la pression exercée sur les femmes – il ne suffit pas d’avoir du succès ou de bien paraître, il faut maintenant méditer et journaliser !

Le développement personnel, est-ce que c’est vraiment un besoin pour les gens de se trouver, de se faire confiance, ou encore une énième pression dans la recherche de la perfection et de la réussite ?
De très bonnes questions! Je pense que le plus curieux pour nous tous est de nous trouver et de nous faire confiance, mais je ne m’en suis rendu compte qu’après avoir failli perdre la raison en essayant de trouver la perfection et le succès.

Si vous ne deviez conseiller qu’un seul livre, lequel ?
Le Pouvoir du moment présent par Eckhart Tolle. Ce n’est pas une lecture facile mais il y a une telle sagesse et vérité. Tout ce que nous avons c’est le moment présent. Alors, prenez une grande respiration et prenez tout cela en profondeur
********************

Nancy :
Combien de temps avez-vous pris pour écrire votre livre ? 
Du début à la fin, quatre ans !! J’ai passé 16 mois à pratiquer des livres de développement personnel puis j’en suis sortie et j’ai écrit, réécrit et réécrit encore. Une année de ce travail a probablement été écrite à temps plein. J’ai trouvé que c’était un processus vraiment difficile.

Comment aborderiez-vous le développement personnel pour les gens sceptiques ?
Je comprends tout à fait les personnes qui sont sceptiques et si le développement personnel ne vous attire pas, il n’est pas nécessaire de le faire. Certaines personnes trouvent d’autres façons de vivre leur vie, elles trouvent un sens grâce à leur famille, a la nature ou à l’art. Ils obtiennent des conseils des autres plutôt que des livres. Je pense que c’est bien.

À partir de quel âge peut-on s’ouvrir au développement personnel ?
J’aurais aimé lire certains de ces livres quand j’étais adolescente. Des livres qui parlaient du sentiment de ne jamais être assez bien, sur la dépression ou sur l’anxiété. Quand j’ai commencé à lire du développement personnel à l’âge de 20 ans, les livres m’ont fait me sentir moins seule et cela aurait été bien de les avoir  quand j’étais plus jeune.
********************

Lilia : 
Quelle principale leçon retirez-vous de cette expérience ?
Que je vais bien comme je suis, que je n’ai pas besoin d’être parfaite pour être un bon être humain.

Quel principal conseil donnerez-vous à ses lecteurs ?
Que tu vas bien comme ça ! Oui, c’est génial d’aller dans le monde, d’essayer de nouvelles choses et d’être courageux, mais souvenez-vous que vous n’êtes pas obligé d’être plus que ce que vous êtes en ce moment.

Comment avez-vous fait le choix des ouvrages de développement personnel ? Comment avez-vous décidé que c’était les bons pour mettre en pratique ?
J’ai choisi des livres qui abordaient des domaines dans lesquels j’avais besoin d’aide – des livres sur les hommes et l’argent, ainsi que des livres qui m’étaient recommandés par des personnes – comme Daring Greatly de Brene Brown. Je ne sais pas s’il existe une bonne ou une mauvaise façon de mettre ces livres en pratique, j’ai juste choisi les morceaux qui me semblaient être les plus importants et j’ai essayé de mettre en œuvre les directives.

Pouvez-vous expliquer le titre ? 
« Help me », c’est ce que j’ai ressenti au début – que j’avais besoin d’aide. Au Royaume-Uni également, nous décrivons ces livres comme des « self-help » – c’était donc un jeu sur le mot avec « help ».
********************

Emma :

Cette année consacrée au développement personnel a été difficile mais finalement riche en enseignements et vous vous sentez visiblement plus épanouie après ce challenge. 
Mais si vous deviez encore améliorer/changer quelque chose en vous, ce serait quoi ? 
Et est-ce que vous avez décidé de le faire ou vous préférez laisser tomber ?
Bonne question !! Il me reste encore beaucoup de travail à faire pour ouvrir mon cœur à l’amour et pour améliorer ma relation avec l’argent et je prévois de lire davantage de livres sur ces domaines.

Et maintenant ? J’imagine qu’après un tel défi il doit être difficile de revenir à sa zone confort trop longtemps. Est-ce que vous avez un nouveau projet du même genre ?
Parce que « Help me » est publié dans le monde entier. Je suis restée occupée à faire des interviews et à visiter des lieux, ce qui m’a gardé hors de ma zone de confort! La télévision en direct et parler à des centaines de personnes est assez angoissante ! Mais oui, je prévois d’examiner l’amour et l’argent dans l’avenir.
********************

Amélie : 
Avez-vous réellement vécu certains évênements présents dans Help me ? (Bain d’eau glacé, marcher sur les braises…) ?
Oui !! J’ai sauté de l’avion, j’ai couru sur des charbons ardents, je me suis misee à la comédie, j’ai nagé dans un étang glacé!

Quels sont vos 3 livres préférés, en matière de développement personnel ? Pourquoi ?
Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle est le livre le plus sage que j’ai lu et je pense que son message est correct : que la seule chose qui soit réelle est ce qui se passe actuellement et que nous passons à côté de la vie lorsque nous la passons dans notre tête, que nous nous inquiétons de l’avenir ou que nous analysons le passé.

Rien à foutre John C Parkin – J’aime ce livre! Son message est libérateur: lâchez-vous, détendez-vous, arrêtez de vous inquiéter autant et faites-vous confiance pour que tout se passe bien.

Daring Greatly de Brene Brown – un livre magnifique sur l’humain et sur la magie qui se produit lorsque nous sommes vulnérables et que nous communiquons honnêtement avec d’autres personnes. Brown dit qu’elle n’aime pas le terme développement personnel parce qu’elle ne pense pas que nous sommes censés le faire nous-mêmes – nous sommes censés nous entraider. Je suis d’accord avec ça.
*******************

Mon avis : Marianne est une femme pétillante, pleine de vie et de sagesse tout comme son livre, que je vous conseille pour réchauffer la grisaille.
MA NOTE : 5/5

lundi 12 novembre 2018

REGIS DE SA MOREIRA - LE LIBRAIRE

RESUME :
- Vous l'avez lu?
- Oui, dit le libraire.
- Moi aussi, répondit le jeune homme.
Le libraire lui sourit. Le jeune homme prit confiance :
- Mais je l'ai offert à quelqu'un… à qui je n'aurais pas dû l'offrir.
- C'est difficile d'être sûr de ces choses-là, répondit le libraire.
- Oui, dit le jeune homme.
- Ne désespérez pas, dit encore le libraire. Certains livres sont à retardement…


MON AVIS :
Un livre distrayant, sur un libraire qui vit 24/24 dans sa librairie, au milieu de ses livres, envoie des pages à sa famille, reçoit et conseille les clients qu'il souhaite, fait partir les autres.
Il est dévoué aux livres, les chérit, et on se laisse prendre au jeu du poupoupoudou du carillon de la librairie et des réactions du libraire.
C'est un livre original, du type "Amélie Poulain", en littérature et qui se lit facilement.

A découvrir si on ne connaît pas Régis de Sa Moreira.

MA NOTE : 4/5


dimanche 11 novembre 2018

MARIE DE NOAILLES - ADDICT

RESUME :
« Le 8 mai 1975, je vois le jour, moi Marie Alicia Eugénie Charlotte Blandine, seconde fille du duc et de la duchesse de Noailles.
Trente ans plus tard, je choisis la vie.
Je m’arrache à l’alcool, à l’herbe, à la cocaïne, à ces dépendances qui, depuis quinze ans, me possèdent et me consument.
À moi la libération. Le 29 mars, date de mon retour parmi les vivants, où que je sois, je m’agenouille et je prie Dieu, dont je ne suis pas sûre de connaître le nom.
Je m’appelle Marie, j’ai deux anniversaires et une seule vie.
Que j’ai failli perdre et choisi de sauver.
Je suis née deux fois. »M. de N.
Jolie jeune femme, issue d’une des plus grandes familles de France, Marie de Noailles découvre la drogue à treize ans, une nuit d’extase et de mauvais hasard.
Enfant choyée, drôle, flottante, éperdue de tristesse, elle s’essaye à tous les cachets, à toutes les boissons.
A toutes les rencontres.
Pendant des années, elle traverse la nuit parisienne, ses figures, ses âmes damnées, ses secrets. Blonde, dévastée, elle vole, elle ment, toujours plus accro.
Une longue chute impossible à arrêter.
A presque trente ans, méconnaissable, usée, Marie de Noailles est placée par sa famille  dans un centre au Royaume Uni, qui pratique la méthode « Minnesota ».
Une tentative ultime, violente et radicale. Marie change, se sauve, devient à son tour psychologue et soigne désormais des patients, souvent fameux, venant du monde entier pour la rencontrer.
Un récit magnifique, intime et littéraire, qui ne perce pas l’énigme de l’addiction mais l’approche, avec pureté et douceur. 

MON AVIS :
Un témoignage intéressant qui montre que l'addiction, en clair la toxicomanie, est une maladie qui touche n'importe qui, n'importe quand, et principalement des personnes en manque d'eux-mêmes.
Des personnalités hypersensibles, à fleur de peau, généreuses, cherchant leur personnalité.
Malheureusement, ces les produits/ drogues licites ou illicites, à commencer par le tabac, l'alcool, les médicaments, le stim comme la cocaïne, les amphétamines, l'ectasy, etc, remplissent le vide ressenti et empêche la personne, de se regarder en face, de chercher au fond d'elle-même ses ressources intérieures, pour avancer sur son chemin de vie.
Il ne faut pas oublier que tout cela peut être masqué par une dépression, des angoisses, de l'anxiété, symptômes de la toxicomanie, mais pas uniquement.
Ces signaux sont surtout là pour dire à la personne : tu dois apporter des changements en toi-même et dans ta vie, ton entourage, environnement car tu dois vivre pour toi-même et non pour les autres et la société.
Certains comme l'auteur arrive à s'en sortir grâce au financement de ses parents pour ses drogues et ses cures de désintoxication, d'autres n'ont pas ces moyens financiers, ne se croient pas malades, seulement fêtards et meurent.
Un témoignage intéressant qui mérite d'être lu, mais qui montre aussi que les moyens ne sont pas les mêmes pour tous et que pour sortir de l'addiction/toxicomanie, il n'y a que l'addict/le toxicomane qui lorsqu'il l'a profondément décidé, met tout en oeuvre pour vivre au lieu de se détruire.


MA NOTE : 5/5

Interview d'Addict


dimanche 21 octobre 2018

FLORENCE NOIVILLE - CONFESSIONS D'UNE CLEPTOMANE


RESUME:
Cleptomane, le mot même la ravit... 
Florence Noiville poursuit ici son exploration du psychisme humain à travers ses troubles et ses désordres. 


Pour Valentine de Lestrange, voler c’est jouer. 
Mais c’est surtout une manie incurable, peut-être héréditaire, qui lui procure des frissons autrement plus excitants que la vie bourgeoise ordinaire dans l’ombre de son mari ministre.
Jusqu’au jour où, presque sans le vouloir, elle subtilise l’objet de trop.
Celui qu’elle n’aurait jamais dû voir et qui va changer le cours de sa vie.
Après la psychose maniaco-dépressive dans La Donation, l’obsession amoureuse dans L’Attachement et l’érotomanie dans L’Illusion délirante d’ être aimé, elle éclaire la plus romanesque des addictions. 
Et livre un portrait d’héroïne hitchcockienne, diabolique et poignante.

MON AVIS : 
Un roman intéressant, sur le sujet de l'addiction, et particulièrement la cleptomanie.
On y suit Violaine de Lestrange,cleptomane de mère en fille, et fière de l'être, croyant que son mari, ministre de finances, ne soupçonne rien.
Pour elle, c'est une compulsion, une envie irrépressible de voler, qu'elle ne contrôle pas et ne veut pas contrôler, cela lui donne du plaisir, jusqu'au prochain vol.
Le jour, où trouvant dans les effets de son mari, la preuve qu'il connaît ses méfaits, elle prend la décision de se faire soigner de son addiction.
C'est alors, qu'elle va prendre conscience de sa propre vie, de vouloir la contrôler, et se soigner en contrôlant ses pulsions.
Une histoire simple, facile à lire et comprendre, sur les mécanismes de l'addiction, et combien le chemin à parcourir est difficile, et nécessite d'apprendre à se maîtriser et à accepter sa vie.

MA NOTE : 5/5


Citations: 
"Toxicomanie: rapport pathologique avec un objet, une substance.
Pour ce qui est d'une composante héréditaire, de rares travaux suggèrent, une vulnérabilité génétique, puisqu'on retrouve au premier degré, plus de troubles psychiatriques et addictifs.
Question d'estime de soi.

La toxicomanie se soigne, pour peut que le sujet qui en souffre demande de l'aide. Or, c'est un trouble qui entraîne de la honte et qui contrevient à la loi.

Cliniquement, on pourra observer, que le comportement addictif permet soit d'apporter du plaisir( excitation, montée d'adrénaline, etc), soit de soulager un inconfort interne (émotions négatives telles que tristesse, anxiété, culpabilité, etc).

L'individu le répète pour ces raisons, perdant progressivement le contrôle sur son comportement, avec la persistance des passages à l'acte, malgré la survenue des conséquences négatives.

Il s'agit là des caractéristiques communes à toutes les addictions.
Causes présumées des problèmes de toxicomanie: faible estime de soi, frustrations non exprimées, antécédents psycho-traumatiques.
Cela touche 1% de la population et en particulier les personnalités: dépressives, bipolaires, hyperémotives.

La maladie se manifestant par des crises plus ou moins récurrentes, le patient étant en proie à des obsessions, des angoisses, qui suscitent chez lui, un état de tension et d'excitation de plus en plus fort, le passage à l'acte apportant plaisir et soulagement.(craving)

L'addiction n'est pas un problème de volonté. C'est une maladie, le cerveau est complètement modifié, c'est une maladie qu'il faut soigner, comme le diabète.

Il est difficile de lutter contre l'addiction, à double titre: d'abord le mécanisme est si puissant qu'en général, les malades ne veulent pas se soigner.
Demandez à un fumeur d'arrêter le tabac. Souvent, même malade, il s'y opposera. Pareil pour l'alcool et la drogue.

Les victimes elles-mêmes ne se voient pas comme telles. Malade, moi ? Les gens pensent qu'ils vont très bien.

L'addiction est une maladie qui touche le système de récompense, le noyau acubens et modifie les récepteurs neuronaux.





samedi 20 octobre 2018

CLELIA RENUCCI - CONCOURS POUR LE PARADIS

RESUME :
Tout était dévasté, consumé, calciné. C'est de cet enfer qu'allait renaître le Paradis. »
Dans le décor spectaculaire de la Venise renaissante, l'immense toile du Paradis devient un personnage vivant, opposant le génie de Véronèse, du Tintoret et des plus grands maîtres de la ville.
Lauréat du Prix Grands Destins 2018 du Parisien Week-End


Entre rivalités artistiques, trahisons familiales, déchirements politiques, Clélia Renucci fait revivre dans ce premier roman le prodige de la création, ses vertiges et ses drames.

MON AVIS : 
Un roman intéressant et riche, pour les descriptions historiques, la découverte de Venise, de la concurrence entre les peintres et les histoires politiques, pour la création de la grande fresque picturale: "Concours pour le Paradis".
Cependant, malgré une superbe couverture, une richesse historique, une écriture fluide, il m'a manqué, une histoire de passion, de vie quotidienne à Venise, en dehors du cadre pur de la peinture.
Un roman intéressant, pour les érudits de peinture.

MA NOTE : 3/5
Je remercie les Matchs de la Rentrée Littéraire pour cette découverte.











dimanche 2 septembre 2018

OLIVIA DE LAMBERTERIE - TOUTES MES SYMPATHIES

RESUME :
Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. 
Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. 
Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. 
Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. 

Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital.
Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation.
Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »


MON AVIS :
Un témoignage touchant, émouvant, éprouvant car la mort d'un être cher est une épreuve très douloureuse à vivre, et qui nous accompagne toute notre vie.
Cependant, Olivia fait à travers ce texte, un bel hommage à son frère Alex, lumineux et joyeux, doux et empreint d'amour, relevant ses efforts constants pour surmonter ce démon intérieur de la maladie du trouble anxieux généralisé, plus forte que sa volonté, la médecine et l'amour de ses proches.
Un beau texte, solaire malgré la tristesse.

Citations: 
"A la question, principales difficultés actuelles: Estime de soi, Incapacité au bonheur, Insatisfaction, Doute, Immobilisme, Peur de ne pas y arriver, Irritation"
             
MA NOTE : 5/5


mardi 6 mars 2018

MICHAEL URAS - LA MAISON A DROITE DE CELLE DE MA GRAND-MERE

FNALISTE DU PRIX MARCEL AYME 2017
RESUME :
"Giacomo, ne tarde pas.
 Les médecins sont formels, la fin est proche.
"C'est ainsi que notre héros, un jeune traducteur espiègle et rêveur, retourne sur l'île de son enfance, où sa grand-mère est au plus mal. 
Et alors qu'il doit rendre un travail sans tarder, soudain, c'est toute la Sardaigne qui le retient : Maria, sa mère, qui n'a jamais vraiment compris pourquoi son fils adoré l'avait quitté, Mario le père taiseux, l'envahissant oncle Gavino, Manuella l'épicière du village, dont Giacomo était secrètement amoureux quand il était enfant, la jolie dottoresse Alessandra, qui s'occupe de la nonna à l'hôpital, Fabrizio, l'ami d'enfance au corps cabossé et au grand coeur, et, surtout, le mystérieux Capitaine, figure tutélaire et énigmatique..
D'une crique perdue aux ruelles pittoresques que bordent les maisons de couleur, entre une bouchée de dolci et les pastilles miraculeuses du docteur Ignazio, pas de doute, la maison de Giacomo est une île. 
Mais pourra-t-il en repartir ?

MON AVIS :
Une ode à la Sardaigne, île de racines familiales et de ressources du narrateur.
C'est un roman frais et joyeux comme sa très jolie couverture, qui rappelle que les familles italiennes, sont chaleureuses, et que la Sardaigne, est une île de plages, de montagnes.
C'est également la famille, les souvenirs d'enfance avec Nonna, l'oncle, et le déracinement pour suivre sa voie de traducteur.
C'est doux, joyeux, agréable, mais en même temps nostalgique du passé.
Un roman à lire pour aborder le printemps, comme le reflète sa jolie couverture, représentant le village familial Sarde.

MA NOTE : 4/5
Badge Critiques à la Une

dimanche 4 mars 2018

JILLIAN CANTOR - LA VIE SECRETE D'ELENA FABER


RESUME :
x

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu'éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux.
Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre.
Parviendront-ils à échapper au pire ?
Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père.
Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d'un élégant timbre attire son attention.
Troublée, Katie décide de mener l'enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur..
Entre passion et tragédie, à travers les décennies et les continents, ce roman poignant, profondément émouvant et déjà traduit dans neuf langues, lie une des périodes les plus sombres de l'Histoire à un présent plein d'espoir. D

MON AVIS : 
Une histoire agréable et intéressante.
On y suit par alternance, aux Etats-Unis,  l'histoire d'Elena, de Kristoff, de Katie, de 1945 à 1989.
Katie, en plein divorce, son père en maison de soins pour la maladie d'Alzheimer, consulte un philatéliste pour l'estimation de la collection de timbres de son père.
Cette collection  va l'amener à remonter le passé de son père, le retrouver en Allemagne, apprenti chez un graveur de timbres, avec Elena.
Quel est le lien entre Elena et son père ? Comment ont-ils été membres de la Résistance, pourquoi se sont-ils perdus de vue? 
Cette belle histoire vous livrera ses secrets, au fur et à mesure des recherches de Katie, en Angleterre, Allemagne, Etats-Unis.
C'est bien écrit, l'alternance des périodes, à chaque chapitre, nous permet de suivre l'histoire passionnante de nos héros: Elena et Kristoff.
Une belle découverte passionnante, émouvante, de respect, d'amour et de résistance.

MA NOTE : 5/5
Badge Critiques à la Une

jeudi 1 mars 2018

LEÏLA SEBBAR - L'ORIENT EST ROUGE

RESUME:
On va chercher l'aventure, la gloire, l'amour peut-être, la liberté, loin, très loin dans la guerre. 
On fugue en Orient. On donne sens à sa jeune existence en terre inconnue.
Changer le monde, changer de vie dans l'exaltation et la violence avec les Frères et les Soeurs engagés, des semblables, jusqu'à la mort et en assassinant. 
Pour quel Paradis ? Telle est l'énigme de ces années de sang.

MON AVIS :
L'orient est rouge est un recueil de nouvelles écrites par un auteur Tunisien.
C'est un livre choc, violent en émotions et en ressentis, car il explique les facteurs ayant amené des personnes à devenir terroristes et à renier l'être humain.
Quand on devient terroriste, plus rien n'a de valeur, plus rien n'existe, pas d'humanité, de sentiments, de respect de soi et des autres.
A travers ces courtes nouvelles, ces jeunes /moins jeunes hommes et femmes, différents, nous montrent comment on devient une machine de guerre, dévoué(e) à la violence, la tuerie, à engrosser les femmes, tuer la liberté.
C'est très bien écrit, les mécanismes psychologiques décortiqués, et on suit la malheureuse descente aux enfers de ces personnes.
Un livre d'actualité à lire, pour comprendre et se prémunir.

MA NOTE : 5/5

mercredi 28 février 2018

MAYLIS DE KERANGAL - A CE STADE DE LA NUIT

RESUME :
Lampedusa. 
Une nuit d'octobre 2013, une femme entend à la radio ce nom aux résonances multiples.
Il fait rejaillir en elle la figure de Burt Lancaster- héros du Guépard de Visconti et du Swimmer de Frank Perry- puis, comme par ressac, la fin de règne de l'aristocratie sicilienne en écho à ce drame méditerranéen : le naufrage d'un bateau de migrants. 
Ecrit à la première personne, cet intense récit sonde un nom propre et ravive, dans son sillage, un imaginaire traversé de films aimés, de paysages familiers, de lectures nomades, d'écrits antérieurs.
Lampedusa, île de littérature et de cinéma devenue (épicentre d'une tragédie humaine.De l'inhospitalité européenne aussi. Entre méditation nocturne et art poétique A ce stade de la nuit est un jalon majeur dans le parcours littéraire de Maylis de Kerangal. 

MON AVIS : 
Un roman vibrant, chargé d'émotions et de souvenirs du narrateur.
L'écriture est emplie de ressentis, que ce soit à l'annonce du naufrage du bateau et de catastrophe humaine qui s'ensuivit; ou au niveau des souvenirs liés à l'île de Lampedusa.
On y ressent comment dans l'esprit de l'auteur,  les souvenirs heureux liés à l'île changent pour se rappeler de la tragédie.
Un livre court mais chargé en émotions.

MA NOTE : 3.5/5