mardi 20 avril 2021

JOY SORMAN - A LA FOLIE

RESUME :
« Ce jour-là j'ai compris ce qui me troublait. Peut-être moins le spectacle de la douleur, de la déraison, du dénuement, que cette lutte qui ne s'éteint jamais, au bout d'un an comme de vingt, en dépit des traitements qui érodent la volonté et du sens de la défaite, ça ne meurt jamais, c'est la vie qui insiste, dont on ne vient jamais à bout malgré la chambre d'isolement et les injections à haute dose.

Tous refusent, contestent, récusent, aucune folie ne les éloigne définitivement de cet élan-là. » Durant toute une année, Joy Sorman s'est rendue au pavillon 4B d'un hôpital psychiatrique et y a recueilli les paroles de ceux que l'on dit fous et de leurs soignants.

De ces hommes et de ces femmes aux existences abîmées, l'auteure a fait un livre dont Franck, Maria, Catherine, Youcef, Barnabé et Robert sont les inoubliables personnages. À la folie est le roman de leur vie enfermée.

MON AVIS :
Un roman témoignage d'un observatrice de la vie dans un hôpital psychiatrique.
L'observation de Joy Sorman, durant un an, de la vie de patients malades, est retranscrite avec pudeur, douceur, et montre surtout les humains, les personnes, tristes de leur maladie, mais également porteuse d'espoir, souhaitant vivre malgré les difficultés que cela peut engendrer.
On y croise aussi les soignants, le personnel hospitalier, les proches, tout un univers qui se construit autour de la maladie mentale.
Ce roman-témoignage, permet aussi de mieux appréhender, prendre connaissance avec les maladies mentales existantes, qui font peur, qui angoissent, mais qui reflètent parfois aussi, le décalage entre la société et la personne. La difficulté pour une personne de trouver sa place dans la société, mais aussi d'être tout simplement malade et de se faire soigner.
C'est doux, lumineux, joyeux et respectueux.

MA NOTE : 5/5

dimanche 18 avril 2021

MATHIEU MENEGAUX - FEMMES EN COLERE

RESUME :
Cour d’Assises de Rennes, juin 2020, fin des débats (auxquels le lecteur n’a pas assisté) : le président invite les jurés à se retirer pour rejoindre la salle des délibérations. Ils tiennent entre leurs mains le sort d’une femme, Mathilde Collignon. 

Qu’a-t-elle fait ? Doit-on se fier à ce que nous apprennent les délibérations à huis-clos, ou à ce que révèle le journal que rédige la prévenue qui attend le prononcé du jugement ?

Accusée de s’être vengée de manière barbare de deux hommes ayant abusé d’elle dans des circonstances très particulières, Mathilde Collignon ne clame pas son innocence, mais réclame justice. 

Son acte a été commenté dans le monde entier et son procès est au cœur de toutes les polémiques et de toutes les passions. Trois magistrats et six jurés populaires sont appelés à trancher. 
Doivent-ils faire preuve de clémence ou de sévérité ? Vont-ils privilégier la punition, au nom des principes, ou le pardon, au nom de l’humanité ? Avoir été victime justifie-t-il de devenir bourreau ?

Nous plongeons en apnée dans cette salle des délibérations d’un jury de cour d’assises. Neuf hommes et femmes en colère qui projettent sciemment ou inconsciemment sur l’écran de cette affaire le film intérieur de leur propre existence…

MON AVIS : 

Un roman intéressant, car il nous plonge dans l'univers d'une Cour d'Assises, d'un procès, des difficultés que peuvent rencontrer les jurés, des procédures.

En même temps, il fait réfléchir le lecteur, sur les réseaux sociaux, les réseaux de rencontres, le respect de la personne, d'autrui.

Mais aussi, sur les violences faites aux femmes, d'où le titre du roman "Femmes en colère" et la couverture, parlants, l'impact et la délivrance de la parole, mais également les limites à ne pas franchir, pour faire justice soi-même.

L'aboutissement est bluffant, l'histoire est passionnante et confirme le talent de l'auteur.

MA NOTE : 5/5

mardi 16 mars 2021

VANESSA BAMBERGER - L'ENFANT PARFAITE

RESUME :

Roxane entre en classe de première S à Sully, lycée parisien élitiste.

 L'excellence et la perfection la constituent. Elle a intégré les exigences de ses parents. Mais depuis la rentrée, rien ne va plus, ni les maths, ni l'amitié, ni l'apparence physique.

Avec son verbe slamé, Roxane raconte la pression scolaire, la perte de confiance en soi, l'indifférence et l'incompréhension des adultes. 

Pour soigner l'acné qui enflamme son visage, elle n'a d'autre recours que de solliciter un ami de son père, cardiologue, pour une ordonnance de complaisance. Autour d'elle, personne ne voit venir le drame.

De ce qui est arrivé à Roxane, François, le cardiologue, doit répondre devant le Conseil de l'ordre des médecins, procès au cours duquel il cherche désespérément à saisir l'enchaînement tragique des choses.

Dans son roman, au détour d'une histoire qui met en cause la pression scolaire et les effets secondaires d'un médicament, Vanessa Bamberger raconte avec finesse et puissance l'âge des forces et des fragilités qu'est l'adolescence, à une époque qui ne le ménage pas.

AVIS :

Un court roman mais superbe !

Il met en exergue et montre les détails infimes qui font qu'un adolescent(e) souffre de mal-être qui peut amener aux pires extrémités.

La pression familiale, la projection des parents souhaitant le meilleur pour leur enfant, l'envie d'être reconnu(e) par les autres jeunes du même âge, la peur de ne pas réussir pour leur avenir, les amènent parfois à la dépression.

Celle-ci n'est cependant, pas simple à découvrir, tant les symptômes peuvent ressembler à un jeune en adolescence.

Le roman montre que l'essentiel est de rassurer le jeune dans ses capacités, l'inciter à faire les études de la voie qui l'intéresse, et surtout de lui montrer qu'on est là.

 La couverture est bien représentative de la solitude intérieure et extérieure qui peut être ressentie à l'adolescence, et le conflit intérieur propre à chacun.

Une belle et triste histoire à la fois, de part leurs protagonistes Cyril et François.

MA NOTE : 5/5

jeudi 4 mars 2021

JEANINE CUMMINS - AMERICAN DIRT

RESUME:
Libraire à Acapulco, au Mexique, Lydia mène une vie calme avec son mari journaliste Sebastián et leur famille, malgré les tensions causées dans la ville par les puissants cartels de la drogue. 
Jusqu’au jour où Sebastián, s’apprêtant à révéler dans la presse l’identité du chef du principal cartel, apprend à Lydia que celui-ci n’est autre que Javier, un client érudit avec qui elle s’est liée dans sa librairie...
La parution de son article, quelques jours plus tard, bouleverse leur destin à tous.
Contrainte de prendre la fuite avec son fils de huit ans, Luca, Lydia se sait suivie par les hommes de Javier. 
Ils vont alors rejoindre le flot de migrants en provenance du sud du continent, en route vers les États-Unis, devront voyager clandestinement à bord de la redoutable Bestia, le train qui fonce vers le nord, seront dépouillés par des policiers corrompus, et menacés par les tueurs du cartel...

MON AVIS :
Gros coup de coeur pour ce roman.
Il est passionnant, vivant, incroyable, émouvant et triste.
On y suit Lydia et son fils Luca, anéantis par l'assassinat de leur famille (16 personnes) sous leurs yeux, par les cartel de la drogue, devenir des fuyards du Mexique, puis des migrants vers les Etats-Unis, dans le but de rester en vie.
C'est tout un parcours compliqué, difficile, contraignant, dur, où on peut absolument pas du tout faire confiance, à qui que ce soit, car les indics des cartel sont partout, et la vie ne vaut pas rien face à ce pouvoir de la drogue et de l'argent qu'elle génère.
On vit avec Lydia et Luca, puis Soledad et Rebeca, la montée sur La Bestia, train de marchandises remontant vers le Nord, à la frontière, les concessions qu'il faut faire pour rester en vie et continuer, la peur, les coups, tout est incroyablement dur et compliqué.
Les personnages sont très vivants, avec des personnalités complexes, issues de leurs parcours différents, et permettant un récit très vivant, passionnant, sur les multiples difficultés que peut rencontrer un migrant vers un autre pays, dans l'espoir d'une vie et d'un avenir meilleur, que dans son pays d'origine.
J'aime beaucoup la couverture représentant une colombe a l'intérieur d'un fil barbelé, en lien avec l'histoire.

MA NOTE : 5/5


mardi 2 mars 2021

EMMANUELLE COLLAS - SOUS COUVERTURE

RESUME :

Quand Myrto et Alexandre se retrouvent, après plusieurs années, la passion est intacte. Disponibles tous les deux, ils vont enfin pouvoir vivre leur histoire. Mais Alexandre a la fâcheuse habitude de disparaître d’un instant à l’autre sans laisser de traces.
Qui est-il vraiment ? Un homme d’affaires qui parcourt le monde, comme il le prétend ? Un mythomane ? Un homme voyageur ?
Un mari qui s’offre une parenthèse dans une vie de couple devenue monotone ? Pourquoi pas un agent secret, plaisante Myrto, tant l’homme semble s’échiner à lui filer entre les doigts.
Parfois, la réalité est bien plus surprenante qu’on ne le pense…

MON AVIS :

Un roman agréable à lire.

On suit Myrto, éditrice, en proie aux difficultés de sa maison d'édition, renouer et tisser son avenir amoureux avec Alexandre.

Simple, mais rien ne l'est quand on est sous couverture, que l'on travaille pour des missions secrètes pour l'Etat, et qu'on ne peut rien prévoir, rien dire.

Tel est le thème du roman, comment vivre une histoire amoureuse dans ce contexte.

C'est ce qu'on découvre dans ce premier d'une auteur à suivre.

MA NOTE : 3/5

lundi 1 mars 2021

JOY HARJO - CRAZY BRAVE

RESUME :

Crazy. Folle. Oui, elle doit être folle, cette enfant qui croit que les songes guérissent les maladies et les blessures, et qu'un esprit la guide. 
Folle, cette jeune fille de l'Oklahoma qui se lance à corps perdu dans le théâtre, la peinture, la poésie et la musique pour sortir de ses crises de panique. Folle à lier, cette Indienne qui ne se contente pas de ce qu'elle peut espérer de mieux : une vie de femme battue et de mère au foyer.
Brave. Courageux. Oui, c'est courageux de ne tenir rigueur à aucun de ceux qui se sont escrimés à vous casser, à vous empêcher, à vous dénaturer. De répondre aux coups et aux brimades par un long chant inspiré. 
D'appliquer l'enseignement des Ancêtres selon lequel sagesse et compassion valent mieux que colère, honte et amertume. Crazy Brave. Oui, le parcours existentiel de Joy Harjo est d'une bravoure folle.
Comme si les guerres indiennes n'étaient pas finies, elle a dû mener la sienne. 
Une guerre de beauté contre la violence. Une guerre d'amitié pour les ennemis. 
Et elle en sort victorieuse, debout, fière comme l'étaient ses ancêtres, pétrie de compassion pour le monde. 
Les terres volées aux Indiens existent dans un autre univers, un autre temps. Elle y danse, et chacun de ses pas les restaure.

MON AVIS : 
Une autobiographie intéressante, car elle montre que Joy, malgré un parcours de vie difficile a conservé et fait ressortir la combativité de ses ancêtres indiens. 
Ainsi, c'est lorsqu'elle accepte cet héritage et le comprend, qu'elle fait ressortir sa combativité, son courage, et sa détermination face à l'adversité, aux contraintes de la vie et aux mauvaises personnes telles son beau-père, de mauvaises rencontres.
Elle poursuit ses rêves, réussit et c'est un plaisir de lire cette réalisation.
Une lecture agréable, vivante et facile à lire.

MA NOTE : 3.5/5

jeudi 18 février 2021

RACHID SANTAKI - LAISSE PAS TRAINER TON FILS

RESUME :

« Automne 2017. Un adolescent filmait le lynchage d’un jeune, torturé, dénudé et jeté dans un canal, les auteurs ont été arrêtés quelques jours plus tard. Le corps a été retrouvé à deux cent kilomètres du lieu du tournage. Nassim, dix-sept ans, n’a pas porté de coup mais a tout filmé, a laissé ses complices tuer pour cinq cent euros… Il a été arrêté et incarcéré.

Un cap a été franchi : le lynchage a été publié sur les réseaux sociaux et très relayé par les jeunes.
Ce jeune qui a filmé, je voulais absolument le rencontrer. Pour rentrer en contact avec lui, j’ai rencontré tout son environnement, de la cité à l’éducateur en passant par sa mère qui l’a élevé seule, sans succès.
J’ai décidé de rentrer dans la peau de ce jeune, de comprendre ce qu’il avait dans la tête, ce qui l’a mené à filmer et publier ces images insoutenables sur Snapchat. Cette expérience transformée en fiction vous permettra de rentrer au cœur d’une violence fatale. »

MON AVIS:

Un récit poignant, émouvant et révoltant.. En effet, il nous montre que pour certains, la violence est devenue une normalité, un acte de la vie courante, qu'elle soit physique, psychologique, verbale.

Ainsi, des jeunes en perte de repères, attirés par l'argent facile, sans sens du travail et du respect, s'intéressant au superficiel, perdent leur humanité et le respect de la vie.

Ils tombent alors dans les méfaits: drogue, vol, racket, violence, lynchage, assassinat.

C'est triste, car des morts s'ensuivent, des parents et des familles sont détruits.

C'est récit dur, à lire, et à faire lire par un maximum de jeunes, pour comprendre qu'il faut revenir aux valeurs du travail et du respect, et non de la facilité et de la superficialité.

MA NOTE: 4/5