vendredi 30 octobre 2020

SHOBA RAO - J' IRAI TE CHERCHER JUSQU' AU BOUT DU MONDE

RESUME :

Un roman bouleversant sur les violences faites aux femmes

Poornima a tout juste seize ans. Après la mort de sa mère, comme toutes les Indiennes de son âge, elle attend que son père lui choisisse un mari. Mais lorsqu’elle rencontre Savitha, jeune femme indépendante et débordante de joie, son horizon s’ouvre enfin. Le village ne lui paraît plus aussi étouffant. Peut-être même, se dit-elle, qu’une autre vie existe, au-delà d’un mariage arrangé…

Une vie, pas un enfer. car Savitha, victime d’un acte d’une cruauté extrême, doit prendre la fuite.

Bouleversée, Poornima laisse tout derrière elle pour partir à la recherche de son amie. Son périple l’amènera aux États-Unis, dans l’univers abject de la pègre indienne de Seattle. C’est là qu’elles se retrouveront et affronteront l’esclavage sexuel, les mutilations, la captivité.

Courageuses, déterminées, elles n’oublieront jamais l’espoir qui les anime. et finiront par vaincre le pire de la société des hommes.

Un hymne éblouissant à l’amitié féminine.

MON AVIS :

Un roman passionnant, sur un thème difficile qu'est la violence faite aux femmes.Effectivement, leur existence n'ayant pas de valeur, dans l'Inde, décrite dans le livre, elles sont livrées aux pires exactions, barbaries, et doivent survivent dans des conditions extrêmes.

C'est également, une ode à la fraternité de coeur, entre deux femmes, qui vont se soutenir, envers et contre tout, jusqu'à se retrouver au bout du monde, après des évênements compliqués.

C'est un récit vivant, vibrant, plein de couleurs, de saveurs, de courage et de détermination, de parcours de vie, qui en font une excellente lecture.

MA NOTE : 5/5

jeudi 29 octobre 2020

MARIUS JAUFFRET - LE FUMOIR

RESUME :
Chaque année en France, plus de 90.000 personnes sont hospitalisées sans leur accord en psychiatrie.
C’est cette expérience de privation de liberté que raconte Marius Jauffret dans ce livre sensible et touchant.
Jeune homme alcoolique, Marius est un jour conduit aux urgences de Saint-Anne par son frère. 
À son réveil, il pense qu’il va juste passer quelques jours entre les murs de l’hôpital pour se remettre. Jusqu’à ce qu’un médecin lui explique qu’il ne sortira… que lorsqu’on l’en jugera capable.
On lui a diagnostiqué (à tort) une maladie rare à son âge, le syndrome de Korsakoff. 
Le voici prisonnier, isolé, dans ce lieu au temps suspendu en marge de la société. Il nous raconte l’attente, le doute, la peur, les rencontres cocasses, tristes, ou tendres.

MON AVIS :
Un témoignage émouvant et difficile,que nous livre Marius Jauffret.
Témoignage d'un jeune homme, pas bien dans sa peau, se cherchant, et abusant de substances psychotropes, comme l'alcool, dans le but d'oublier, des déboires affectifs et identitaires.
Cependant, un soir de grande ivresse, il se retrouve aux urgences et sera transféré en psychiatrie, pour soins.
Les sympômes de son ivresse faisant penser à une maladie rare, il est hospitalisé sous contrainte, pour le protéger.
C'est cette expérience qu' il raconte, la sienne et la difficulté de se plier aux contraintes d'un service psychiatrique, de se sentir en décalage avec des maladies complexes et perturbantes.
De devoir prendre des médicaments, de rester calme, neutre, d'avoir du lien social qu'au fumoir, où la tristesse et l'angoisse le gagne.
C'est aussi la peur de ne pas pouvoir sortir, de rester enfermer , de dépendre de l'avis du médecin, et donc de ne plus être maître de sa vie.
Un récit émouvant, difficile, et montrant que la maladie mentale est difficile à comprendre.

MA NOTE : 4/5

samedi 17 octobre 2020

DEBORAH FELDMAN - UNORTHODOX


RESUME :

Découvrez Unorthodox, le récit autobiographique de Deborah Feldman, jeune femme juive qui a fui son milieu religieux et qui a inspiré la série NETFLIX du même nom.

MON AVIS :

Un témoignage intéressant et émouvant, qui montre comment il est difficile de quitter ce que l'on connaît mais également de comprendre son enfermement mental.

L'auteur est courageuse et prend la décision de vivre pour elle et pour son fils, en bravant la communauté d'où elle est originaire.

Il lui a fallu beaucoup de courage, de force pour effectuer un nouveau départ, dans un pays étranger, des coutumes différentes.

C'est un témoignage qui se lit facilement et permet de mettre en lumière la condition de la femme dans ces communautés, où la restriction est de mise et la liberté n'existe pas.

MA NOTE : 4/5

Interview de l'auteur 

mercredi 23 septembre 2020

MIGUEL BONNEFOY - HERITAGE

RESUME : 

Une prodigieuse saga familiale, pleine de magie et de passion, qui confirme le talent de Miguel Bonnefoy pour mêler les trajectoires intimes à la grande histoire. Des coteaux du Jura jusqu'aux geôles de Pinochet, des tranchées de la Somme jusqu'au ciel britannique déchiré par les Messerschmitt, la famille Lonsonier a traversé le XXe siècle avec fougue, et y a laissé quelques plumes... Mais de Lazare le poilu chilien et de sa dulcinée Thérèse amoureuse des êtres ailés, de Margot l'aviatrice intrépide et d'Ilario Da son fils révolté, on retient surtout l'incoercible force de vie.

Ces drôles d'oiseaux migrateurs, pris tour à tour dans l'oeil du cyclone, ne cessent de voler vers leur destin, d'un côté à l'autre de l'Atlantique, avec pour tout viatique la légende mystérieuse d'un oncle disparu...

MON AVIS: 
Coup de coeur pour ce roman, comme les précédents de l'auteur : Le voyage d'Octavio, Sucre noir, Héritage nous fait voyager entre le Chili et la France.
On y suit le destin de Lazare Lonsonnier et de sa descendance.
Entre le développement du Chili, les deux guerres mondiales, et l'engagement de Lazare et son frère, de Margot, l'aviatrice, Thèrese, l'ornithologue, jusqu'à Ilario Da, révolutionnaire, torturé sous la dictature de Pinochet, mais qui ira à la recherche de son ancêtre: Michel René.
C'est une fresque familiale colorée, vivante, intéressante, qui se déroule sous nos yeux, et nous passionne.
Une très bonne lecture qui confirme le talent de l'auteur.

MA NOTE : 5/5


samedi 19 septembre 2020

SOPHIE BLANDINIERES - LA CHASSE AUX AMES

 

RESUME : 

L’Histoire bouscule les âmes, la perversité de l’occupant nazi qui veut corrompre, voir ses victimes s’autodétruire et met en place un jeu ignoble dont l’objectif est de survivre, à n’importe quel prix : vendre son âme en dénonçant les siens ou ses voisins, abandonner ses enfants affamés, ou sauver son enfant, lui apprendre à ne plus être juif, céder son âme au catholicisme pour un temps ou pour toujours en échange de sa vie.

Pour survivre, il faut sortir du ghetto. Par tous les moyens.
Trois femmes, une Polonaise, Janina, et deux juives, Bela et Chana, vont les leur donner. Elles ont organisé un réseau clandestin qui fait passer le mur aux enfants et leur donne, pour se cacher en zone aryenne, une nouvelle identité, un nouveau foyer, une nouvelle foi, polonais et catholiques.

MON AVIS :

Un roman intéressant sur la seconde guerre mondiale, la vie dans le ghetto et les façons dont on essaie de survivre et de garder espoir, malgré l'horreur vécue.

C'est au cours d'un procès pour homicide, où Joachim est accusé, qu'une vieille dame Ava, révèle à la descendance de celui-ci, le terrible et douloureux passé de son ancètre.

Effectivement, on y suit, la malheureuse mise en place des ghettos, de l'appropriation des biens et des métiers des personnes de confession juive.

La traque, les expéditions punitives, les envois dans les camps, les travaux forçés, les difficultés pour se nourrir, se soigner, survivre.

Mais aussi, comment réussir à sauver des enfants, en arrivant à les faire passer en famille d'accueil, en échange d'argent, et combien c'est éprouvant et difficile d'essayer d'en sauver le maximum.

C'est émouvant, joyeux, dur, le style de l'auteur, met bien en vivacité, les évènements, les ressentis des personnages, et cela en fait une bonne lecture. 

MA NOTE : 4/5

lundi 31 août 2020

CAMILLE PASCAL - LA CHAMBRE DES DUPES

RESUME : 

Après L’Été des quatre rois, couronné par le Grand Prix du roman de l’Académie française, Camille Pascal nous fait entrer cette fois de plain-pied dans le Versailles de Louis XV pour y surprendre ses amours passionnés avec la duchesse de Châteauroux. 

Subjugué par cette femme qui se refuse pour mieux le séduire, le jeune roi lui cède tout jusqu’à offrir à sa maîtresse une place qu’aucune favorite n’avait encore occupée sous son règne. 

Leur histoire d’amour ne serait qu’une sorte de perpétuel conte de fées si Louis XV, parti à la guerre, ne tombait gravement malade à Metz…

La belle Marie-Anne – adorée du roi, jalousée par la Cour, crainte des ministres et haïe par le peuple – devra-t-elle plier brusquement le genou face à l’Église et se soumettre à la raison d’État ?
Dans ce roman de la Cour, 

Camille Pascal plonge le lecteur dans les intrigues amoureuses, les cabales d’étiquette et les complots politiques d’un monde qui vacille.

MON AVIS :

Un délice de lecture comme une friandise !
On entre en plein dans la vie des Rois de France, en l'occurence Louis XV, de la vie à la Cour, des nobles de la Cour, et du ballet incessant des ragots, histoires, rumeurs.
On suit la destinée de la Duchesse de Chateauroux, favorite du Roi, qui réussit à avoir une place politique et sociale importante, et de pouvoirs.
Les secrets d'alcôves n'en sont pas, et permettent à la favorite, d'asseoir sa position à la Cour et parmi les grands du Royaume.
C'est tout ce fil historique que nous suivons, que l'auteur nous retrace, par des recherches importantes.
Le récit est vivant, truculent, drôle, et nous sommes immergés dans cet univers,  vivant les intrigues et les pouvoirs.
Un très belle lecture, servie par une belle plume et facile à lire.

MA NOTE : 5/5 


samedi 29 août 2020

Nazanine HOZAR - ARIA

RESUME :

« Je vais t’appeler Aria, à cause de toutes les douleurs et de tous les amours du monde. »

Téhéran, 1953. Par une nuit enneigée, Behrouz, humble chauffeur de l’armée, entend des pleurs monter d’une ruelle. Au pied d’un mûrier, il découvre une petite fille aux yeux bleus, âgée de quelques jours. Malgré la croyance populaire qui veut que les yeux clairs soient le signe du diable, il décide de la ramener chez lui, modifiant à jamais son destin et celui de l’enfant, qu’il nomme Aria.

Alors que l’Iran, pays puissant et prospère, sombre peu à peu dans les divisions sociales et religieuses, trois figures maternelles vont croiser la route d’Aria et l’accompagner dans les différentes étapes de sa vie : la cruelle Zahra – femme de Behrouz –, qui la rejette et la maltraite, la riche veuve Fereshteh qui l’adopte et lui offre un avenir, et la mystérieuse Mehri, qui détient les clefs de son passé.

À l’heure où le vent du changement commence à souffler sur l’Iran, Aria, désormais étudiante, tombe amoureuse de Hamlet, un jeune Arménien. Mais, lorsque la Révolution éclate, les espoirs des Iraniens sont rapidement balayés par l’arrivée au pouvoir de l’Ayatollah Khomeini et la vie d’Aria, comme celle du pays tout entier, s’en trouve à jamais bouleversée.

MON AVIS :

Une histoire passionnante qui se lit d'une traite. On suit la destinée d'Aria, jeune bébé abandonnées par sa mère pauvre et recueillie par un jeune soldat iranien, qui l'élèvera comme sa fille, qu'il n'a pas.

Aria, va avoir un destin pas commun : enfant maltraité par sa mère adoptive, Zahra, aimé par sa seconde mère adoptive, qui n'a pas eu d'enfant, elle découvre à la fois un autre milieu social, des autres coutumes, et une autre religion à travers l'aide qu'elle apporte à la famille de Mehri.

Mais tous ces destins s'entrelacent, et Aria, en est le point commun.

Dans le contexte historique de la révolution iranienne, et des changements de vie quotidienne, cette belle fresque familiale et humaine, est un plaisir de lecture.

La couverture est magnifique et fait penser à un beau coucher de soleil sur les monts de Téhéran, où Aria et Berrhouz aimaient aller.

Un plaisir de lecture !

MA NOTE : 5/5