lundi 30 août 2010

VERONIQUE OVALDE - CE QUE JE SAIS DE VERA CANDIDA

VERONIQUE OVALDE - CE QUE JE SAIS DE VERA CANDIDA
RESUME :
Quelque part dans une Amérique du Sud imaginaire, trois femmes d'une même lignée semblent promises au même destin : enfanter une fille et ne pouvoir jamais révéler le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Elles sont toutes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe. Parmi elles, seule Vera Candida ose penser qu'un destin, cela se brise. Elle fuit l'île de Vatapuna dès sa quinzième année et part pour Lahomeria, où elle rêve d'une vie sans passé. Un certain Itxaga, journaliste à L'Indépendant, va grandement bouleverser cet espoir. Un ton d'une vitalité inouïe, un rythme proprement effréné et une écriture enchantée. C'est ce qu'il fallait pour donner à cette fable la portée d'une histoire universelle : l'histoire des femmes avec leurs hommes, des femmes avec leurs enfants. L'histoire de l'amour en somme, déplacée dans l'univers d'un conte tropical, où Véronique Ovaldé a rassemblé tous les thèmes - et les êtres - qui lui sont chers.


MON AVIS :
Tout d'abord, je trouve que la couverture de France Loisirs est très jolie.
Nous voici donc à Vatpuna, île imaginaire d'Amérique du Sud, où Rose est prostituée et ensuite vendeuse de poissons. Sa vie se déroulait sans encombre jusqu'à l'arrivée de Jéronimo, qui va bouleverser cet ordre établi. 
S'ensuit la naissance de Violette, et de Véra Candida, fille de la précédente. Rose va devoir élever sa petite-fille (Véra) car Violette en est incapable.
Cependant, à la mort de Violette, Rose envoie Véra prévenir Jéronimo (qui n'habite pas avec Rose).
Et là, le drame survint. Véra quitte Vatapuna, et accouche sur le continent de Monica Rose.
Tout le roman est ensuite, la longue ascension de Véra vers une vie meilleure, et la protection de Monica qu'elle adore.
L'auteur nous conte toutes ces vies de génération de femmes, avec un style pétillant, empli de sentiments maternels profonds de Vera envers Monica, de sentiments amoureux entre Véra et Ixtaga, des personnes rencontrées en ville, des problèmes dans les immeubles communautaires, de la difficulté d'être mère célibataire.
C'est un roman riche en émotions, en rage de vaincre le destin, en joie de vivre.
Une belle lecture.


MA NOTE :4/5

5 commentaires:

  1. Moi aussi j'aime bien cette couverture, si je n'avais pas eu l'édition originale dédicacée, c'est bien cette version Piment que je me serais procurée ;-)
    Sinon pour parler de ce qu'il y a dedans quand même, j'ai beaucoup aimé ce roman comme toi, je mettrais la même note.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces conseils! J'ai vraiment envie de découvrir ce livre !!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Sophie,

    "Ce que je sais de Véra Candida" est un gros succès en ce moment chez France Loisirs. Je débute la collection "PIMENT" avec le livre de Thierry Cohen "J'aurais voulu vivre" après lecture: je te dirai ce que j'en pense... En tout cas, le livre de Véronique Ovaldé m'intéresse de plus en plus, depuis que Patrick Poivre d'Arvor l'a conseillé aux adhérents et depuis bien sûr ton billet. Je te souhaite une bonne rentrée, à bientôt Sophie, amitiés MIC.

    RépondreSupprimer
  4. Très belle lecture pour moi aussi, j'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce roman.

    RépondreSupprimer
  5. @Slo: la dédicace c'est mieux.
    @Lucie,Mic: c'est un bon roman imaginaire.
    @Liliba: comme toi, c'est cet atmosphère qui m'a bien plue.

    RépondreSupprimer