samedi 16 mars 2013

JOEL DICKER - LA VERITE SUR L'AFFAIRE HARRY QUEBERT


Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2012
25e prix Gongourt des Lycéens 2012 (en partenariat avec Fnac)

RESUME :
À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Le site de l'auteur : Joël Dicker 

MON AVIS :
Un roman long (670 pages), mais dont on ne se lasse pas.
L'auteur nous narre une chronique des moeurs de la société américaine dans les années 1970.
Avec tout au long du roman, le fil conducteur consistant en la recherche du meurtrier d'une jeune fille Nola, assassinée en Août 1975.
Tout y est : la ville, Aurora, les clichés de la société américaine, l'étude de moeurs, l'écrivain n'ayant plus d'idées, le suspens.
On s'immerge dans cette enquête et au fur et à mesure du récit, les faits s'emboîtent les uns avec les autres.
La présentation des chapitres est originale, on commence par le 31 pour finir au 1.
Chaque chapitre est précédé d'un conseil pour écrivain, et on a l'impression, que dans l'intrigue, s'est glissée une autre histoire : celle de l'auteur en train d'écrire le roman.
La fin est intéressante, car elle est surprenante et donne des clés sur l'ensemble de l'histoire ainsi que sur l'explication de l'ordre des chapitres.
L'écriture est fluide, dynamique, vivante. La lecture est aisée et les 670 pages ne sont pas redondantes.
C'est un très bon roman pour moi et je vais suivre cet auteur.

MA NOTE : 5/5

1 commentaire:

  1. Tu es plus enthousiaste que moi. Je n'ai pas été emballée plus que ça. Je m'attendais au retournement final mais c'est une lecture agréable.

    RépondreSupprimer