mercredi 22 mai 2013

BLANDINE LE CALLET - DIX REVES DE PIERRE


RESUME :
Blandine Le Callet réunit dans ce recueil des épitaphes authentiques, à partir desquelles elle imagine les dernières heures, les derniers jours ou les derniers mois du défunt. Elle ressuscite tour à tour un jeune esclave à qui l on vient d offrir sa liberté, un philanthrope piégé dans l étouffant huis clos d un bordel parisien, deux êtres unis par un amour hors-norme en route vers leur destin, une vieille dame acariâtre rédigeant son testament, et bien d autres encore. 
Dix destins arrêtés par des morts douces ou violentes, subites ou prévisibles, solitaires ou collectives. 
Dix voyages entre hier et aujourd hui, des rivages antiques d Asie Mineure jusqu à un petit village de la Bretagne profonde, du Paris de l Ancien régime à celui du xixe siècle, de la Normandie médiévale aux plaines d Ukraine dévastées par la peste brune... 
Dix nouvelles poétiques ou féroces, tendres ou dramatiques, nostalgiques ou grinçantes, dépeignant une humanité toujours assaillie par les mêmes passions, les mêmes peurs et les mêmes espoirs. Dix « rêves de pierre » pour conjurer l'oubli.


Pourquoi des épitaphes ? Blandine Le Callet répond à ses lecteurs :
J'étais depuis longtemps sensible à la puissance d'évocation des épitaphes - quelques lignes gravées sur une tombe portant le souvenir de personnes mortes depuis parfois des siècles -, mais c'était la première fois que la lecture de l'une d'elles suscitait chez moi un désir d'écriture aussi impérieux.
Très vite, m'est venue l'idée d'un recueil de nouvelles dont chacune aurait pour point de départ une épitaphe authentique à partir de laquelle j'imaginerais les dernières heures, les derniers jours ou les derniers mois du défunt.
J'ai mis plus de vingt ans à réunir ces épitaphes, attendant chaque fois la "rencontre" de l'inscription qui ressusciterait les fantômes et ferait jaillir l'inspiration, ne commençant la rédaction du recueil que lorsque ma collecte a été achevée. Je voulais que ces nouvelles, au-delà de leur diversité, forment un tout cohérent, paraissent comme liées en un récit unique.
Les voici aujourd'hui : dix histoires restituant par le biais de la fiction dix destins oubliés. Dix nouvelles conçues comme un voyage à travers les siècles, l'espace, les classes sociales. Des univers auxquels j'ai voulu donner des couleurs, des parfums différents - tragique, burlesque, grinçant, mélancolique - tout en les reliant par un mystérieux fil rouge : un personnage qui apparaît chaque fois au moment de la mort, pour la donner ou bien la prévenir, jusqu'à la dernière histoire, plus personnelle, où recherchant la trace de mes ancêtres dans un cimetière breton, j'ai fait une découverte qui m'a bouleversée.
J'espère que ces quelques lignes vous auront donné envie de découvrir mes dix rêves de pierre. Si tel est le cas, n'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de vos impressions et, si vous avez apprécié le voyage, me dire laquelle de ces histoires vous avez préférée !

Certaines inscriptions funéraires possèdent un singulier pouvoir d évocation ; leur lecture fait surgir le fantôme de personnes disparues depuis parfois des siècles. 

Pourquoi ce recueil - Blandine Le Callet
L'idée de ce recueil m'est venue il y a plus de vingt ans, lorsqu'en visitant le Musée archéologique de Lyon, je suis tombée en arrêt devant l'épitaphe d'une jeune femme prénommée Blandinia, morte à l'âge de dix-huit ans. Son mari lui rendait hommage en termes si émouvants que je me suis aussitôt prise à imaginer ce qu'avait pu être la vie de Blandinia et de son époux dans cette ville gallo-romaine de Lugdunum.

Interview de l'auteur sur "Dix rêves de Pierre"

MON AVIS :
Un recueil qui malgré le thème n'est pas triste du tout, dans chaque nouvelle, il y a une histoire liée aux sentiments et variée dans la région géographique et les dates historiques.
Ces nouvelles sont pleines de vie, d'espoir et se terminent par la citation d'une réelle épitaphe glanée par l'auteur.
Le rythme est vif, l'écriture de l'auteur est fluide, le ton est à la fois poétique, émouvant, triste, joyeux, mais toujours juste et l'intrigue est là et nous emmène à chaque chute.
Le fil conducteur choisit par l'auteur entre les nouvelles,  est un chien jaune que nous retrouvons dans chaque nouvelle. Dans l'interview ci-dessus, elle y explique pourquoi ce choix.
Ce qui est bien aussi, c'est que l'auteur explique son parcours de recherche et l'histoire des épitaphes.
Une belle découverte et une auteur à suivre pour moi.

MA NOTE :5/5
COUP DE COEUR 

Extrait des dix épitaphes : 
Ce ne sera pas un spoiler, car il faut lire les nouvelles pour comprendre l'épitaphe et y ressentir le côté émouvant de chacune
Titre de la nouvelle 1Hermès
Epitaphe : Thrason, fils de Diogène a élevé cette stèle en mémoire de ses deux fils Dexiphanès âgé de 5 ans et Thrason, âgé de 4 ans et en mémoire d'Hermès, leur précepteur âgé de 25 ans.
Lorsqu'on les a trouvé dans les décombres après le tremblement de terre, c'est ainsi qu'il les tenait serrés contre lui.
Nicomédie (actuelle Izmit en Turquie) vers 120 ans de notre ère.

Titre de la nouvelle 2 : 5 ans 6 mois 18 jours 
Epitaphe ::Aux dieux mânes et à la mémoire éternelle de Blandinia Martiola, jeune femme pleine d'innocence, morte à l'âge de 18 ans 9 mois 5 jours.
Pompéius Catussa de la cité des Séquanes, artiste scutateur a élevé ce tombeau pour son épouse incomparable, pleine de bonté à son égard, qui a vécu avec lui 5 ans 6 mois 18 jours, pure de toute souillure.
Il a aussi élevé ce tombeau pour lui-même et il l'a consacré sous l'oscia.
Toi qui lis les lignes, va aux bains d'Appollon, ce qu'avec ma femme j'ai souvent fait et voudrais faire encore si seulement je pouvais.
Lyon IIe siècle de notre ère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire