dimanche 2 février 2014

BERNARD ENJOLRAS-MAUVAIS SORTS DANS LE TREGOR


RESUME :

En l'an de grâce 1352, le chevalier Gicquel du Chastel, Vicomte de Kérianégan, lançait une terrible malédiction à l'encontre de son épouse Adelice. Le lendemain, cette dernière était retrouvée sur son lit, sans vie, dans sa chambre fermée de l'intérieur. Plusieurs siècles plus tard, cette malédiction serait-elle encore un danger pour les habitants du manoir ancestral ? En effet, au cours d'une belle nuit de printemps, la mort vient à nouveau y frapper. Sans l'avoir désiré, Bernie Andrew, auteur de romans policiers à succès et détective amateur à ses heures, est mêlé à ces tragiques événements. Son mode de raisonnement cartésien saurait-il se satisfaire des explications irrationnelles que d'aucuns avancent ? Chacun sait qu'il peut se révéler un excellent limier. Alors, si fantômes il y a, ils n'ont qu'à bien se tenir...

MON AVIS :
Une découverte agréable que ce roman policier regional, me faisant penser aux vases clos de Gaston Leroux et d'Agatha Christie.
L'auteur, nous emmène sur les terres de la Bretagne, particulièrement à Trégastel dans un manoir, une ancienne famille et ses secrets.
Un meurtre y est commis, mais comment découvrir le coupable ? L'auteur de romans policiers et notre détective Bernie Andrew, entre alors et scène et mène discrètement l'enquête.
L'intrigue est simple, mais je me suis attachée à cette histoire, qui se lit vite, qui est agréable et bien écrite.
Les personnages m'ont conquises par leurs personnalités et leur rôle différent dans l'histoire.
Les rappels aux légendes bretonnes et vieilles familles sont intéressantes et font ressentir une atmosphère médiévale mêlée de modernité car l'histoire se déroule de nos jours.
Une lecture agréable,le côté désuet de l'intrigue et la manière de la mener,  la découverte des enquêtes de Bernie Andrew, m'ont conquise pour continuer à découvrir les autres titres de l'auteur.

Merci à Odile pour m'avoir fait découvrir cet auteur et les Editions Alain Bargain

MA NOTE :3/5
Une interview de l'auteur : Bernard Enjolras

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire