lundi 10 février 2014

SARAH LARK - LE PAYS DU NUAGE BLANC


RESUME :
Londres, 1852. Helen, préceptrice de deux enfants dans une riche famille, répond à une annonce qui propose à des jeunes femmes de partir épouser des Britanniques installés en Nouvelle-Zélande.
Sur le bateau qui la mène à Christchurch, elle se lie avec Gwyneira, une jeune noble galloise qui immigre à cause des difficultés financières de son père.
L'amitié entre les deux femmes sera indéfectible malgré les épreuves, les désillusions et la haine, surtout, qui déchirera leurs deux familles. Mais elles auront la joie de voir leurs enfants s'unir et inventer une nouvelle vie, en osmose avec les autochtones et la nature.
Londres, 1852. Helen, préceptrice de deux enfants dans une riche famille, répond à une annonce qui propose à des jeunes femmes de partir épouser des Britanniques installés en Nouvelle-Zélande.
Sur le bateau qui la mène à Christchurch, elle se lie avec Gwyneira, une jeune noble galloise qui immigre à cause des difficultés financières de son père.
L'amitié entre les deux femmes sera indéfectible malgré les épreuves, les désillusions et la haine, surtout, qui déchirera leurs deux familles. Mais elles auront la joie de voir leurs enfants s'unir et inventer une nouvelle vie, en osmose avec les autochtones et la nature.


« La légende veut que les premiers Maoris arrivèrent en pirogue depuis la Polynésie. La première image qu'ils eurent de la Nouvelle-Zélande fut cette île enveloppée d'un long nuage blanc. D'où le nom qu'ils lui donnèrent. »
Le Pays du nuage blanc, à la faune et à la flore hors du commun, est un personnage à part entière de cette « saga grandiose sur la colonisation de la Nouvelle-Zélande et la culture des Maoris. 

MON AVIS :
Sarah Lark pour son premier roman, nous offre une merveilleuse et envoûtante saga nous emportant dans l'histoire des premiers colons de Nouvelle-Zélande.

A travers le destin croisé de deux jeunes femmes, de milieu social opposé : Hélène et Gwyneira; ainsi que de jeunes orphelines : Daphné, Marie, Laurie, Elisabeth, nous lecteurs, allons vivre d'exaltantes aventures.

Nos jeunes héroïnes ont quitté l'Angleterre pour la Nouvelle-Zélande, chacune avec un but différent : épouser un fermier pour Hélène, jeune gouvernante cultivée, épouser un baron des moutons pour Gwyneira, jeune Lady, devenir des domestiques pour les orphelines.
La longueur du voyage sur le bateau va permettre la liaison d'amitiés indéfectibles.

Arrivées à destination, chacune va à la rencontre de son destin, et c'est là que l'envoûtement à l'histoire commence.
Nous entrons dans la vie quotidienne de ces femmes, les difficultés rencontrées :avoir un enfant, connaître son mari, apprendre le travail de la terre et de l'élevage des moutons, apprendre à vivre au contact des Maoris, s'adapter au climat et aux us et coutumes, les joies, les peines, et surtout leur indéfectible amitié, lien solide pour résister aux difficultés.

On y découvre un pays, ses paysages, la construction de ses villes, de ses ports, l'exploration de ses terres, la vie des chercheurs d'or, la mise en place d'une ville et de sa vie sociétale et économique.
On y vit les émotions, les joies, les peines,
On y ressent les difficultés et les succès
de nos héroïnes et leurs compagnons de vie, de route.

On vit au rythme de leur destinée, et quand arrive le mot de la fin, on se dit "déjà" malgré le nombre de pages.
C'est donc, un grand roman, une belle lecture, sur un beau pays, passionnant et dépaysant.

Je remercie chaleureusement  Les Editions de L'Archipel et Chroniques de la Rentrée Littéraire pour ce partenariat passionnant.


MA NOTE : 5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire