dimanche 14 février 2016

MARIE-SABINE ROGER - TRENTE-SIX CHANDELLES

RESUME :
Mortimer s’est préparé à mourir le jour de ses 36 ans, comme cela a été le cas pour tous ses ascendants mâles. Il a quitté son travail, rendu son appartement et vendu sa voiture… mais la malédiction ne s’abat pas sur lui. Que reste-t-il à faire, lorsque la mort attendue ne vient pas ? Il faut apprendre à vivre vraiment ! Après ses précédents succès, notamment La tête en friche et Bon rétablissement, tous deux adaptés au cinéma par Jean Becker, Marie-Sabine Roger revient avec un roman plein d’humanité, aux personnages émouvants, croqués avec humour et justesse. Une belle réflexion sur le sens de la vie !



MON AVIS :
Mortimer Decime, a 36 ans, est préparé pour sa mort, comme tous les membres masculins de sa famille, décédés à 36 ans.
Mais le destin en a décidé autrement, et Mortimer va apprendre à reprendre sa vie en main, a se libérer de ce poids familial.
Il va profiter des douceurs de l'amitié avec Paquita et Nassardine, qui non seulement sont ses amis, mais vont lui permettre de reprendre confiance en lui pour aller profiter pleinement du bonheur, de la joie de vivre, de profiter des petits moments de la vie, et d'aller reconquérir l'amour de Jasmine.
C'est une lecture agréable, douce, qui fait du bien, et qui nous rappelle que la vie et ses jolis côtés sont précieux.

MA NOTE: 4/5

Citations:
"L'enfant avait contracté de bien funestes addictions. De mémoire familiale, il manifesta très jeune, le besoin impérieux de charger la musette à la moindre contrariété.
Le laudanum étant sur ordonnance, il se rabattit sur l'alcool, fort heureusement en vente libre."
"Mourir c'était un truc définitif et plutôt emmerdant."
"On peut duper le monde entier, peut-être, mais pas soi."
"Tu vois fils, la médecine a beau faire des progrès tous les jours, on n'a encore rien trouvé contre la connerie. A voir le nombre de gens atteints, cela mériterait pourtant qu'on vote des crédits."
"Je lui ai dit que le bonheur ne se capitalisait pas comme de la petite monnaie dans une tirelire, qu'on ne pouvait pas mettre à gauche, pour les jours de chagrin."
"Les gens font ce qu'ils veulent, ils restent ou ils s'en vont.Personne n'appartient à personne, jamais."
"Si votre vie ne vous plaît pas, il faut tout faire pour la changer. Parce que jusqu'à preuve du contraire, on n'en a qu'une. Et elle passera."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire