samedi 7 février 2015

SANDRINE COLLETTE - SIX FOURMIS BLANCHES

RESUME :
Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper? 
Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. 
À des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches… 
Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c’est pour leur propre survie qu’ils vont devoir lutter.


MON AVIS:

Un suspens prenant et angoissant. En effet, le lecteur part dans les montagnes arméniennes, à la suite d'un groupe de touristes partis pour un trek.
Mais rien ne se passe comme prévu, la montagne va livrer ses secrets au fur et à mesure, chacun angoissant du lendemain.
En même temps, on suit le parcours du dernier sacrificateur, un métier permettant de continuer les rites ancestraux. Là aussi, l'histoire n'est pas simple et nous prend par le froid, les difficultés, le suspens.
Pour la découverte de Sandrine Collette, c'est une réussite, car par un habile jeu de retournements de situations, elle nous entraîne dans une histoire passionnante, angoissante, polaire, froide et difficile, où le surnaturel, les esprits, l'esprit de la montagne, les difficultés géologiques et humaines nous emmènent à leur suite dans cette folle équipée.

Citations:
"Que ce soit un travail ou de l'argent, une médiation, simplement la paix.
Il dit : on est de la même famille.
Ne me remercie pas, c'est normal. Ses débiteurs savent alors qu'ils lui sont redevables à vie.

Mathias:Y a pas de peine.Je ferai mon travail pareil. Ce n'est pas moi qui décide de ce qu'il y a dans l'avenir. Je vois le bien et le mal, chacun portant en lui, un fragment de l'autre

Lou:C'est depuis longtemps que les pierres calcaires suintent parfois, d'un liquide blanchâtre, qui rappelle le lait maternel et que le vent emmène avec lui, le gémissement et les pleurs de Rozafa, à travers la montagne."

MA NOTE :5/5

Un grand merci à Des Pages et des Iles, pour cette découverte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire