jeudi 9 avril 2009

IRENE FRAIN-LES NAUFRAGES DE L'ILE TROMELIN

IRENE FRAIN - LES NAUFRAGES DE L'ILE TROMELIN

RESUME

Un minuscule bloc perdu dans l'océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C'est là qu'échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L'Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d'esclaves. Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir. Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s'est-il passé sur l'île ? À quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l'abolition de l'esclavage.

MON AVIS :

Un roman historique car tout est réél dans ce récit des naufragés d'un bateau de la Compagnie des Indes :L'Utile ayant embarqué dans cales, des esclaves frauduleusement. C'est à cause de cela que le capitaine décide de suivre une autre voie de navigation et à cause d'une carte de la Compagnie.

L'Utile s'échoue sur l'île et c'est l'histoire de leur survie que nous relate l'auteur.

J'aime car c'est un morceau de notre histoire que l'on apprend sous forme de récit/roman, ce que je préfère.

De plus, l'on suit comme si on était avec eux, leur découverte de l'île, leur récupération des objets du naufrage, leur adaptation, leur force pour reconstruire une prame (petit bateau à voile).

Leur départ de l'île et leur bataille pour venir rapatrier les esclaves.
Et quel courage et quelle force ont eu les esclaves pour vivre dans une attente de 15 ans, sans que personne ne viennent les chercher et honore la promesse faite.On vit et vibre avec eux de leurs émotions.J'ai trouvé également que les personnages sont bien décrits avec leur force et leurs faiblesses.Particulièrement, j'ai admiré le courage, la pugnacité et le sens de l'honneur de Castellan, qui a de la morale et ne considère pas les esclaves comme de la marchandise; contrairement aux moeurs de l'époque. Je me demande toujours aussi, comment les esclaves ont pu survivre sur cette île hostile à tout humain pendant 15 ans avec pour nourriture des tortues et des oiseaux, pas de forêt.Quel mode de vie a pu se créer ?
Malgré ses imperfections, je trouve que le style est bien adapté à un récit.Et je remercie Irène Frain de nous avoir fait découvrir ce que Max Guérout a mis au jour par le biais du roman.
J'ai aimé aussi les reproduction de cartes insérées dans l'histoire qui mettent une pointe de réalisme supplémentaire.

Je remercie Suzanne de "Chez-les-filles.com" et les Editions "Michel LAFON"qui me l'ont gracieusement offert.
Je vous conseille d'aller avant la lecture sur le site officiel :

pour s'impréger de l'atmosphère de l'île, par les photos et vidéos qu'a effectué l'auteur.

Ainsi que sur le site :


MA NOTE : 5/5

4 commentaires:

  1. C'est vrai que les photos donnent un bon aperçu de l'île. (D'ailleurs je n'arrive toujours pas à imaginer comment certaines ont pu y rester si longtemps.)

    RépondreSupprimer
  2. Ça y est, je l'ai enfin commencé !!! Je n'en suis qu'au tout début mais pour le moment, il me plait.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Sophie,
    je cherche à vous joindre à propos d'une opération organisée par le site www.Chez-les-filles.com et une maison d'édition parisienne, pourriez-vous m'écrire à mon adresse suzanne@chez-les-filles.com ?
    Cordialement, Suzanne

    RépondreSupprimer
  4. @Toutes:Avec du retard, mais je ne sais pas comment voir les commentaires d'un seul coup d'oeil, j'ai beaucoup apprécié ce livre pour le côté historique.

    RépondreSupprimer