mardi 30 août 2011

ILDEFONSO FALCONES - LES REVOLTES DE CORDOUE

ILDEFONSO FALCONES - LES REVOLTES DE CORDOUE
RESUME :
En cette année 1568, tandis que l’Inquisition continue à soumettre de son talon de fer la vie politique, religieuse et culturelle des royaumes espagnols, dans les montagnes et les vallées des Alpujarras, au sud de la Péninsule, l’heure de la révolte a sonné. Ecoeuré par les injustices, les expropriations et les humiliations, les musulmans se dressent contre l’oppresseur afin qu'on reconnaisse leurs droits civils et religieux. Parmi eux, Hernando, dit « le nazaréen », né d’une Mauresque violée par un prêtre, qui rêve d’unir sa vie à celle de l’incandescente Fatima, est entraîné dans un combat redoutable qu’il fera sien et qui le forgera. Après l’échec de l’insurrection, contraint de vivre avec sa famille une existence difficile, bravant le danger permanent, il va consacrer toutes ses forces et son intelligence à rendre à sa culture et à sa religion la dignité et le rôle qu’elles méritent. Dans cette saga riche en péripéties et rebondissements, Ildefonso Falcones, comme pour La Cathédrale de la mer, traite de thèmes dont l’écho se prolonge aujourd’hui encore : le droit à la différence, la tolérance religieuse et la dignité des peuples.

L'AUTEUR :
Barcelonais de naissance, Ildefonso Falcones vit toujours dans la capitale catalane, ou il exerce la profession d'avocat. Grand lecteur et fin connaisseur de l'Espagne médiévale, il a consacré dix années à l'écriture de La cathédrale de la mer, son premier roman, qui lui vaut une renommée internationale et plus de deux millions de lecteurs dans le monde. 

MON AVIS:

Je suis fan de son premier roman La Cathédrale de la mer.Je suis de nouveau enchantée par cette nouvelle histoire.
L'auteur nous y raconte avec détails, contexte historique la révolte des maures contre les chrétiens, dans l'Espagne du 16ième siècle.
Les personnages sont vifs, avec du caractère, de la volonté, ils surmontent leur épreuves avec courage et loyauté.
On se documente sur l'islam en Andalousie, à cette époque, et sur les us et coutumes de chacune des communautés, et il aurait été bon d'avoir un glossaire de tous les termes arabes utilisés.
L'histoire d'amour entre nos héros de religion différente, cimente l'intrigue historique.
Les évènements sont nombreux, les actions s'enchaînent, traitant d'amour, de haine, de violence, de tolérance. Le tout constituant une belle sage sur l'Andalousie, et Cordoue en particulier.
Cordoue est tellement bien décrite, que l'on croirait s'y promener.En tous, cas cela suscitera des visites touristiques.
Le style de narration, quant à lui, est vivant, alerte,et les quelques 900 pages du roman, se lisent à une grande vitesse.
C'est une excellente saga qui plaira à tous ceux qui aiment les romans historiques.
Pour ma part, je lirai le prochain roman de l'auteur.

MA NOTE: 5/5

LA REVOLTE DES MAURES Source Wikipédia

Dans la nuit de Noël 1568, un soulèvement s'organise dans le quartier de l'Albaicin à Grenade. Le premier chef de la rébellion est un jeune homme de 22 ans, Hernando de Valor, descendant des Omeyyades, qui prend le nom de Abén Humeya. La révolte gagne toute la vallée de Lécrin puis s'étend à toutes les montagnes de l'Alpujarras. La révolte est violente. Des exactions sur la population chrétienne sont commises (massacres et tortures). La réponse des autorités espagnoles est d'une ampleur comparable (viols, vols, massacres, pillages) en particulier au siège de Dúrcal par les troupes du marquis de los Velez.
Des luttes de pouvoir internes conduisent à l'assassinat de Aben Humeya par l'un de ses rivaux et cousin Aben Abou (1570). Celui-ci sera lui-même trahi et assassiné par Gonzalo el Seniz en 1571.
La révolte est d'ailleurs écrasée cette même année par Don Juan d'Autriche, fils naturel du roi Charles Quint, et vainqueur de la bataille de Lépante face aux Ottomans et aux Barbaresques d'Uludj Ali. Les Morisques du royaume de Grenade sont alors dispersés dans toute l'Espagne.



Je remercie beaucoup  Newsbook et Les Editions Robert Laffont pour ce partenariat.

2 commentaires:

  1. Bonjour Sophie,

    C'est avec beaucoup d'intérêt que je lis ton billet concernant cet auteur espagnol. Le livre m'intéresse mais les 880 pages me font un peu peur, pourtant j'aime les fresques historiques. En revanche, ne connaissant absolument rien de l'histoire médiévale espagnole, j'ai peur de me perdre dans les faits historiques. Falcones est-il un bon conteur? Ne se perd-t-il pas trop dans les détails, comme certains? Est-ce que la trame du récit est facile à suivre même lorsque l'on pose le livre sur sa table de nuit, pour le reprendre ensuite? J'ai un pass-point France Loisirs qui m'offre un livre gratuit et j'avais pensé à celui-là, occasion idéale de sortir un peu du polar. A bientôt, Sophie - toutes mes amitiés - MIC.

    RépondreSupprimer
  2. @Mic: Malgré certaines longueurs, les romans d'Idelfonso Falcones sont attrayants et se lisent bien.
    L'auteur est bon conteur, les faits historiques sont réels, on ne se perd pas dans la trame du récit.
    Et moi, pour les 2 que j'ai lu (2 sont sortis en France), je n'avais qu'une envie: de les lire.
    J'espère qu'il te plaira et j'irai voir ton billet pour connaître ton avis.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer