dimanche 11 novembre 2018

MARIE DE NOAILLES - ADDICT

RESUME :
« Le 8 mai 1975, je vois le jour, moi Marie Alicia Eugénie Charlotte Blandine, seconde fille du duc et de la duchesse de Noailles.
Trente ans plus tard, je choisis la vie.
Je m’arrache à l’alcool, à l’herbe, à la cocaïne, à ces dépendances qui, depuis quinze ans, me possèdent et me consument.
À moi la libération. Le 29 mars, date de mon retour parmi les vivants, où que je sois, je m’agenouille et je prie Dieu, dont je ne suis pas sûre de connaître le nom.
Je m’appelle Marie, j’ai deux anniversaires et une seule vie.
Que j’ai failli perdre et choisi de sauver.
Je suis née deux fois. »M. de N.
Jolie jeune femme, issue d’une des plus grandes familles de France, Marie de Noailles découvre la drogue à treize ans, une nuit d’extase et de mauvais hasard.
Enfant choyée, drôle, flottante, éperdue de tristesse, elle s’essaye à tous les cachets, à toutes les boissons.
A toutes les rencontres.
Pendant des années, elle traverse la nuit parisienne, ses figures, ses âmes damnées, ses secrets. Blonde, dévastée, elle vole, elle ment, toujours plus accro.
Une longue chute impossible à arrêter.
A presque trente ans, méconnaissable, usée, Marie de Noailles est placée par sa famille  dans un centre au Royaume Uni, qui pratique la méthode « Minnesota ».
Une tentative ultime, violente et radicale. Marie change, se sauve, devient à son tour psychologue et soigne désormais des patients, souvent fameux, venant du monde entier pour la rencontrer.
Un récit magnifique, intime et littéraire, qui ne perce pas l’énigme de l’addiction mais l’approche, avec pureté et douceur. 

MON AVIS :
Un témoignage intéressant qui montre que l'addiction, en clair la toxicomanie, est une maladie qui touche n'importe qui, n'importe quand, et principalement des personnes en manque d'eux-mêmes.
Des personnalités hypersensibles, à fleur de peau, généreuses, cherchant leur personnalité.
Malheureusement, ces les produits/ drogues licites ou illicites, à commencer par le tabac, l'alcool, les médicaments, le stim comme la cocaïne, les amphétamines, l'ectasy, etc, remplissent le vide ressenti et empêche la personne, de se regarder en face, de chercher au fond d'elle-même ses ressources intérieures, pour avancer sur son chemin de vie.
Il ne faut pas oublier que tout cela peut être masqué par une dépression, des angoisses, de l'anxiété, symptômes de la toxicomanie, mais pas uniquement.
Ces signaux sont surtout là pour dire à la personne : tu dois apporter des changements en toi-même et dans ta vie, ton entourage, environnement car tu dois vivre pour toi-même et non pour les autres et la société.
Certains comme l'auteur arrive à s'en sortir grâce au financement de ses parents pour ses drogues et ses cures de désintoxication, d'autres n'ont pas ces moyens financiers, ne se croient pas malades, seulement fêtards et meurent.
Un témoignage intéressant qui mérite d'être lu, mais qui montre aussi que les moyens ne sont pas les mêmes pour tous et que pour sortir de l'addiction/toxicomanie, il n'y a que l'addict/le toxicomane qui lorsqu'il l'a profondément décidé, met tout en oeuvre pour vivre au lieu de se détruire.


MA NOTE : 5/5

Interview d'Addict


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire